Les Rendez-vous et les Réunions à l’Ère Digital – C’est l’Heure de s’Adapter !

Les nouvelles technologies permettent de faire les réunions beaucoup plus efficacement que par le passé, et pourtant, on ne voit que peu les bénéfices ou l’amélioration en productivité. Un des fléaux en montant une réunion est de trouver le bon créneau disponible pour des participants divers. Dans des environnements tels que MICROSOFT OUTLOOK ou GOOGLE, on peut trouver des applications pour signaler les plages ouvertes pour les employés de la même entreprise. Mais pour des participants extérieurs, il faudrait une application comme DOODLE ou VYTE qui sont agnostiques aux systèmes internes. Pour les plus aventuriers, il existe aussi des systèmes remarquables permettant aux autres de fixer automatiquement un rendez-vous avec vous selon vos disponibilités. Mon outil préféré est x.ai, qui selon mes autorisations, donne à quelqu’un qui veut prendre rendez-vous accès aux créneaux disponible (selon ma préconfiguration).

L’agenda efficace – à l’heure du digital

Outre les règles ‘normales’ de tenir une réunion efficace (par exemple : diffuser suffisamment en amont un ordre du jour précis, ne convier que les participants nécessaires, etc…), la technologie permet aisément la participation à distance. Ainsi, quand il y a des participants distribués, on ne peut plus accepter « le petit quart d’heure » de retard. L’heure c’est la même heure sur tous nos appareils. Si vous faites des réunions avec des participants en ligne, il est fortement conseillé d’insister sur l’utilisation de la vidéo afin d’assurer l’engagement maximal. Lors des réunions, l’usage des mobiles ne peut être accepté que pour un besoin exceptionnel. Sinon, pas de portable visible sur la table ; sonneries en muet ; notifications éteintes. A la fin de chaque réunion, rien de plus simple qu’un récapitulatif digital, partagé avec tous, avec les attributions de tâches pour rendre la responsabilité claire.

Apprendre digitalement

Apprendre le digital et les outils digitaux pour le faire


Le digital est à la fois l’objet à apprendre et le moyen de le faire. Un des dispositifs clés pour aller de l’avant est de réinitialiser une habitude d’apprendre en continu. Ceci demande de revoir ses habitudes et sources de lecture afin d’avoir un mélange plus adapté à ses besoins. Avec les nouveaux outils digitaux, les manières et options de consommer l’information permettent d’apprendre plus que jamais à notre gré. Je conseille fortement d’explorer les podcasts (show radio téléchargeable) qui existent sur tous types de sujets, permettant par exemple d’écouter lors des transports en commun pour se rendre au travail ou bien pendant un jogging. Il y a de plus en plus de podcasts sur des sujets variés. Je préconise pour démarrer:

Faites-moi plaisir et déposer vos podcasts préférés ci-dessous dans les commentaires !

Choisir de nouvelles sources

Sinon, il existe des centres de formation en ligne informels et formels, aussi bien gratuit que payant, tel que TED, MOOC francophone, FUN, COURSERA, UDEMY ou KHAN ACADEMY. Enfin, en termes de lecture en ligne, je préconise l’usage d’applications telles que FLIPBOARD ou FEEDLY qui permettent d’agréger des sources différentes autour de sujets choisis. Sur ces deux outils, il s’agit de sélectionner les sujets et des sources pour personnaliser votre lecture.

Apprendre de nouvelles habitudes

L’important est d’instaurer un nouveau régime et de nouvelles habitudes à apprendre tous les jours ce qui se passe dans le digital, veiller sur la concurrence et pour mieux vous munir pour l’avenir.

Apprendre en continu

Être acteur du digital se cultive quotidiennement. Beaucoup de personnes sont submergés par le nombre de communications à suivre, sur les applications, plateformes et équipements divers à notre disposition. Ne pas suivre ses communications pourrait avoir des conséquences néfastes pour le business, pour ne pas oublier la famille – et pour sa propre santé. Pour arriver à les maîtriser, il est question d’expérimenter constamment, de tester les applications, quitte à se faire cobaye parfois. C’est le dispositif d’un apprenant en continu. On y trébuchera certainement. Ce n’est pas pour rien que l’échec rime avec high-tech. Mais on y gagnera à la longue.

Une nouvelle façon de recruter avec YourTOD, une plateforme de recrutement basée sur les valeurs avec Gaëlle Monteiller (MDF93)

Podcast Minter Dialogue avec Gaëlle Monteiller

Gaëlle Monteiller s’est convertie en entrepreneur après un parcours puissant et très réussi dans des grands groupes, tels Lafarge et PSA. Gaelle est co-auteur de Happy Management aux éditions Dunod et est désormais co-fondatrice de YourTOD, une nouvelle plateforme disruptive pour le recrutement, où les candidats et entreprises font le match d’une toute autre manière que d’habitude. Dans cet entretien nous parlons bien sûr de YourTOD, mais aussi comment les entreprises doivent s’adapter pour mieux recruter, garder et motiver ses employés.

Merci de m’envoyer vos questions par email — en tant que fichier audio si vous le souhaitez — à nminterdial@gmail.com. Sinon, en dessous, vous trouverez tous les liens pour un suivi du podcast. Vous êtes bien entendu invité à déposer un message ou à le partager. Si vous pouvez, merci d’aller déposer une revue sur iTunes pour le noter.

Pour joindre Gaëlle Monteiller

Continuer la lecture

Le Digital — Il Faut Etre Acteur Pour Transformer Votre Organisation

victime du digitalIl est facile de devenir victime du digital – l’avalanche des nouvelles technologies, applications et dispositifs numériques peuvent nous dépasser rapidement. Il est ainsi essentiel de devenir acteur et être digital pour mieux les apprivoiser et trouver son bonheur.

Être acteur du digital se cultive quotidiennement. Beaucoup de personnes sont submergées par le nombre de communications à suivre, sur les applications, plateformes et équipements divers à notre disposition. Ne pas suivre ses communications pourrait avoir des conséquences néfastes pour le business, pour ne pas oublier la famille – et pour sa propre santé. Pour arriver à les maîtriser, il est question d’expérimenter constamment, de tester les applications, quitte à se faire cobaye parfois. C’est le dispositif d’un apprenant en continu. On y trébuchera certainement. Ce n’est pas pour rien que l’échec rime avec high-tech. Mais on y gagnera à la longue.

Et vous? Vous aimez être acteur digital ?

Beaugrenelle Paris: Un Centre Digitalisé et Les Manières Qui Fâchent

Je suis allé découvrir le centre d’achat, dit « état de l’art » en matière d’expérience beaugrenelle by Claudius Dorenrof (FLICKR CC)shopping, le Centre Beaugrenelle dans le 15è à Paris.Sur leur site, ils proclament être « le centre commercial du 21e siècle ». J’imaginais une expérience poussée sur le digital. Alors que l’environnement est éclairé, agréable avec une bonne selection de boutiques, le bilan « digital » n’est pas très flatteur (2 sur 10). 

De quoi s’agit le côté digital du centre? J’ai trouvé quatres choses principalement:

  1. Des bornes / écrans qui expliquent le centre avec des indications au toucher.  
  2. Une application mobile dédiée (Android/iOS). 
  3. Un wifi gratuit. 
  4. Le magasin « phare » de Darty qui est un ‘concept store.’

Bornes: Avec l’écran tactile, j’ai eu des renseignements précis mais tout à fait ordinaire. Le toucher est comme d’habitude, pas toujours fiable. Au mieux, il y avait des codes QR. Continuer la lecture

Adobe Summit 2015 : Entre techno et « human API »

En avril, j’ai été invité de parler au Adobe Summit EMEA 2015 à Londres. Ma présentation de 20 minutes, intitulée, New Trends for 2015 (en anglais), est disponible ici. Cette présentation est basée sur le travail de l’Observatoire Netexplo, avec lequel je suis associé et pour lequel je m’occupe des partenaires medias internationaux.

A cette occasion, j’ai été interviewé par Marion Moreau de FrenchWeb (maintenant chez Sigfox), où j’ai parlé des tendances dans le contexte du Adobe Summit et, ce que mon ami, Brian Solis (Altimeter), appelle le human API. Les thématiques fortes de cette conférence étaient : le mobile, le contenu et la brand expérience. Dans cette émission sur FrenchWeb y figure également Pierre Casanova (DG d’Adobe France).

Ma partie commence à 5″31.


Adobe Summit: entre techno et Human API par frenchweb

Influence marketing et l’influence sur les marques en ligne – Que devrait-on en faire?

Influence marketing reste un domaine encore un peu flou pour beaucoup de dirigeants, mais ça continue à se développer. La semaine dernière Alban Jarry a publié, sur son blog, un tableau dans lequel figurait les top 10 influents pour 10 marques en France. Comme Alban précise, ces marques ont été « [s]électionnées à partir d’une liste publiée par LinkedIn en juin 2015, qui recense les 10 marques les plus influentes dans cet outil de communication professionnelle. » Ces marques comprennent: LVMH, L’Oreal, Orange, Renault, Axa, Total, Capgemini, Facebook, Twitter et bien sûr, Linkedin.

Chaque marque s’est vue dotée des top 10 influents utilisant l’outil Traackr. Il est à noter que ce classement change en temps réel et qu’il est issu de 3 éléments:

  • Reach mesure la taille de l’audience de l’influent.
  • Resonance mesure l’engagement de l’influent avec sa communauté en ligne.
  • Relevance mesure combien l’influent est pertinent sur le sujet. (Indice par lequel le tableau est ordonné).

Au total, parmi les 100 influents listés, il y a beaucoup de noms reconnus. Par ailleurs, il y a plusieurs personnes qui figurent deux fois, dont Eric Delcroix, Cyril Bladier, Aurelie Coudouel, Viviane Neiter et Alban, lui-même. Pour ma part, j’ai eu la chance d’être cité pour la marque LVMH (voir ci-dessous) — mais il convient de souligner que ces influents sont identifiés pour un moment donné et qu’il ne s’agit que de l’influence en ligne.

LVMH Influence

Parmi les 100 influents dans l’étude d’Alban, on peut aussi noter, avec ironie, que seulement une personne n’a pas de compte Twitter — et elle est la 2e plus influente sur Twitter! Apparement, son compte est actuellement suspendu.

Influence marketing – 6 actions à recommander

Si j’étais une marque, que ferais-je avec ces informations ? J’ai une liste de 6 actions à recommander:

  1. D’abord, vérifier si / comment l’influence est mesurée chez soi.
  2. Etudier (pour bien comprendre) les mécanismes de cet outil de mesure.
  3. Vérifier si les personnes citées sont listées chez (a) les RP, (b) la Community Manager et (c) le service à la clientèle.
  4. Est-ce qu’il y a des membres de son agence de Communication qui y figure et, si non, pourquoi pas ?
  5. Vérifier combien de ses propres employés sont susceptibles d’y figurer (pour les encourager) – ici j’ai reperé la présence de @CLandomiel pour Orange, par exemple.
  6. Vérifier la strategie du Groupe vis-à-vis influence marketing.

Le marketing de l’influence est un domaine en plein essor. Quoiqu’on en dise sur le concept de l’influence, je suis persuadé que les marques qui travaillent astucement avec les influents vont petit à petit prendre du terrain…

Vos réactions?

Par ailleurs, si vous voulez en savoir plus sur Traackr, j’ai tourné un entretien podcast avec Nicolas Chabot, en charge de EMEA.

Entretien avec Laurent Maruani, Professeur à HEC, sur l’apprentissage du digital (MDF89)

Minter Dialogue #89 —

laurent maruaniCet entretien est avec Laurent Maruani, professeur emeritus à HEC à Paris, où il est responsable de programmes spécifiques d’entreprises, et enseigne des cours spécialisés, tels que le Marketing Stratégique et le Management du Talent. Professeur Maruani enseigne en France à l’Ecole Polytechnique ainsi qu’à l’étranger, aux EU (UCLA), en Russie, au Liban et au Vietnam. Membre du UNESCO Netexplo Advisory Board, Professeur Maruani, participe également à l’observatoire de Netexplo. Professeur Maruani nos livre, dans cet entretien, des perles sur le sujet du digital, la transformation en entreprise et le rôle du leader dans cette transformation. Un entretien passionnant.

Et, si vous avez aimé cet entretien, merci de prendre quelques instants pour le noter sur iTunes! Bien entendu, vous pouvez vous abonner au podcast ici par iTunes.

Continuer la lecture

Comment supprimer les SMS (textos) spam non-voulus!

Grâce à un article dans Direct Matin, j’ai enfin appris comment arrêter ces messages SMS (textos) spam qui nous pourrissent la vie et, quelque part, interrompent notre intimité. Voici donc comment faire face aux messages spams:

  1. spam sms - myndset digital strategySi le numéro de l’expediteur est à cinq chiffres et commence avec un 3,4,5,6,7 ou 8, vous pouvez répondre avec le message « STOP.  » Selon Direct Matin, « le client doit alors être radié de tous les fichiers du numéro expéditeur. »
  2. Si le numéro de l’expéditeur est un des numéros surtaxés et commence, par exemple, avec un 08, vous devriez copier et coller l’intégralité du message offensif et le transférer au 33700.
  3. Dernière ligne de défense: faire une demande auprès de son opérateur, « précisant que leur numéro ne doit plus figurer sur les annuaires inversés. »

Autant avec le pourriel (spam du courriel/email), il y a beaucoup de services qui veillent à la santé de notre inbox, autant avec les SMS, je me sens démuni. Généralement, pour les SMS, c’est chacun pour soi et différemment par pays. Ainsi, je suis ravi d’apprendre que nous avons des moyens de se défendre en France!

Quelles recommandations pour communiquer sur les reseaux sociaux aux EU avec des ressources limitées ?

Pour des entreprises, par exemple basées en France, qui souhaiteraient aborder le marché Etats-Unis et Canada, il va de soit qu’une stratégie digitale sera nécessaire.

Quand bien même le marché nord-américain est grand et l’Internet permet d’être présent partout, offrant plein d’opportunités, les concurrents risquent d’être déjà présents. Ainsi, l’utilisation des réseaux sociaux représente un moyen puissant mais qui devient de plus en plus encombré et cher à investir.

To win, the chances are that you now have to pay to play

reseaux sociaux - the myndset strategie digitale

Un grand choix de reseaux sociaux aux Etats-Unis

Les reseaux sociaux – une strategie payante

Dans le contexte actuel, avec la présence forte des marques et des modèles économiques des plateformes de réseaux sociaux qui recherchent constamment le chiffre d’affaire, il devient indispensable de combiner une approche organique (i.e. gratuit) avec une approche payante. L’investissement sera en trois zones:

  1. le temps (et la nécessité d’avoir quelqu’un adapté pour le marché)
  2. les outils de « marketing automation » pour faciliter la gestion et mesurer les opérations
  3. la publicité ou autres moyens payants de faire sortir du lot ses activités

Trois recommandations

Pour une entreprise qui veut aborder ce grand marché sur les réseaux sociaux, j’ai trois recommandations :

  1. Commencer avec un objectif clair et précis pour bien dimensionner l’activité. Non seuelement, les réseaux sociaux ne sont pas bons à tout faire, l.
  2. Investir du temps en amont pour investiguer où vos cibles se réunissent sur les réseaux. Il s’agit de comprendre au mieux le ton de la conversation, leurs exigences et les concurrents.
  3. Expérimenter et mesurer vos activités en analysant ce qui marche en fonction de vos objectifs et de la cible.

Enfin, je déconseille d’approcher l’Amérique du Nord à petit bras. Mieux vaut vous lancer en vous donnant les moyens sur la durée, sinon la déception est au rendez-vous.