Grève des Taxis à Paris

Greve Taxi ParisJ’apprends que les taxis à Paris vont faire la grève demain, le 30 janvier (l’article de l’Express ou bien chez RMC). J’évite cette grève heureusement car je suis en voyage à l’extérieur du pays, mais je suis tout de même ahuri. Pour avoir parlé de mon opinion sur les taxis à Paris dans des billets précédents (bande de voyous, strikes in Paris II, Taxi Economics in Paris), c’est un sujet qui s’apprête bien au blogging! Il s’agit en l’occurrence d’une action organisée par le FNAT, Federation Nationale des Artisans du Taxi (représentant 50% des chauffeurs des taxis) contre les propositions de M. Jacques Attali. Le texte du rapport de M. Attali cite les systèmes de taxis à Londres et New York, dont je reprend la phrase suivante qui me paraissait très parlante:

« À Londres et à New York, les systèmes de plaques de taxis n’ont pas été libéralisés et ces villes comptent environ autant de taxis que Paris, mais des voitures dites « de petite remise » (VPR) permettent de répondre à la demande : elles sont 50 000 à Londres, 42 000 à New York, contre à peine 100 à Paris.« 

Quand il y a eu la grève des transports en commun en fin de l’année dernière, on disait (dans un article dans la Libération): « Chercher un taxi, c’est pire que les Vélibs« . Maintenant, dirait-on que de chercher un vélib est pire que prendre les transports en commun? Un beau cercle, non?

En tout cas, une autre grève s’annonce, mais cette fois-ci juste sur la base d’une proposition d’un conseiller. Ce n’est pas encore une proposition de loi.

Sinon, je trouve le mot « artisans » dans la FNAT bien approprié. Apparement, la profession souhaiterait rester dans l’amateur.

—————————–

Mis à jour le 7 février
:

La 2è grève (en une semaine) des chauffeurs s’est écoulée ce mercredi (le 6 fév) et elle a provoqué, il parait, 120 kilomètres de bouchons à Paris. A l’issu des négociations, les syndicats représentant les taxis ont clamé la victoire. A la radio (Europe 1), j’ai entendu des débats sur le bien fondé du rapport d’Attali et, puis, aussi un débat sur la façon de Sarkozy de gérer le pays et son gouvernement. Il semblerait que certains ont trouvé dans ce conflit des chauffeurs de taxis des épi-phénomènes sur la crise de la France; à savoir, le style descendant, sans écoute du Président. En l’occurrence, c’est vrai que ce n’était qu’une étude par un homme intelligent. Dans ce contexte, qu’on fasse une grève préventive me parait toujours difficile à accepter. Qu’ils estiment la façon de Sarkozy de manager ce dossier péremptoire, je trouve mal fondé. Il a fait juste une étude. D’autres auraient décidé des actions sans le moindre fondement.

Cependant, si on voudrait continuer à être élu, visiblement, il reste à prescrire une façon acceptable pour la population de gérer et amener du changement à la France. Certainement, en attendant les élections aux Etats-Unis, le gagnant des élections aura pas moins besoin d’amener du changement. La grande question c’est comment manager les attentes face aux promesses électorales. L’électorat est de plus en plus susceptible et court-termiste. Comme le problème inhérent aux actionaires et à la bourse, arriva-t-on à construire un système viable à long terme?

Paris Panorama Photo

Paris Panorama PhotoHere’s a wonderful Panorama photo offering a full panoramic vision (as long you scroll to the right) of Paris by night. (Thanks for the link Gifford!). It is much more impressive than this lovely shot to the right that I found randomly on line.

The Paris Panorama photo, courtesy of Arnaud Frich, is on the site of Framboise78!

Chat et Souris – Paris Theatre Michodiere

Chat et SourisNous sommes allés voir « Chat et Souris, » pièce comique de Ray Cooney au théâtre Michodière, avec nos amis Eric et Valérie. La pièce est typiquement du théâtre de boulevard (définition chez wikipedia) que j’ai découvert pour la première fois de ma vie. Ce style de théâtre a des codes précis, notamment en termes de rythme (beaucoup d’action), le sujet (les relations de couple…etc) et des portes qui claquent.

Le mise-en-scène est par Jean-Luc Moreau qui interprète avec beaucoup de talent Jean Martin à coté de Francis Perrin qui interprète, avec sa personnalité touchante, son ami et complice Gilbert Jardinier. Avec un scénario contemporain (comprenant le rôle que l’internet peut jouer dans la rencontre), c’est une pièce pour se détendre. Avec des grands eclats de rire — surtout dans la première moitié — nous avons passé un très bon moment. Ca fait toujours du bien de rire autant. Le diner post-spectacle chez Drouant était délicieux.

Quatre commentaires: D’abord, ce petit théâtre était plein à craquer avec des personnes de toutes âges — démontrant bien l’appétit des gens pour du divertissement et contact « réel. » Deuxièment, j’ai noté l’énergie remarquable des acteurs principaux (les quatre adultes tous passés la cinquantaine) jusqu’à la fin de la pièce — qui semblait être bien au-dessus de l’énergie des deux jeunes acteurs…Etonnant. Troisièment, la connexion internet se manifestait dans la bande sonore (au début de chaque acte) avec la vieille technologie analogue (pas de haut débit pour la connexion, contrairement au rythme soutenu de l’action). Enfin, le le nom de la jeune fille dans la pièce est Alix — un nom peu commun et le nom de ma mère

A voir!

Disponibilité jusqu’à la fin de l’année 2007. Pour des billets en ligne: Infoconcert en vend.

Velib – l’engouement? Selon le Figaro, oui.

Le Figaro n’a pas peur! Ils ont mis a la une le titre: Vélib’: les Parisiens conquis par la révolution du vélo. Coup de pub? Coup de manque de vraies actualités? Ou les deux?

Mais, quand on lit l’article au total, j’ai du mal à réconcilier le contenu avec le titre. Certes, c’est un très beau projet et une initiative avec beaucoup de mérite. Ils citent le grand nombre d’abonnés longue durée (50,000) et déjà 1.5 million d’utilisateurs, dont je fais partie, comme étant preuve du succès à ras de marée. Pour être clair, je ne doute pas de l’intérêt que porte les vélos en ville; au contraire, je suis très partisan. Néanmoins, il faudrait rester lucide en l’appelant un si grand succès. Le lancement était en plein été, alors un bon coup de sifflet [bon, c’est vrai qu’on n’a pas eu un bel été, alors peut être le temps n’a pas autant joué en faveur]. Après, dans la pratique, il y a quand même beaucoup de pépins; pour être gentil, disant des difficultés de lancement.

Ce paragraphe ci-dessous est pris directement du Figaro d’aujourd’hui:

« Stations désespérément vides ou souffrant d’un trop-plein chronique, bornes ne fonctionnant pas à chaque coup, bugs se répétant plusieurs fois de suite au moment de retirer l’engin… Vélib’ déraille aussi parfois. Des couacs qui ont notamment, durant la période de rodage, provoqué des surfacturations inattendues et de belles peurs chez les utilisateurs. « Environ 5 % des points d’attache ont rencontré des problèmes informatiques ne permettant pas de mettre un terme à la location pour les trajets de moins de 30 minutes. Les clients dont le compte a été débité de leur caution de 150 euros seront remboursés dans les meilleures délais », assure-t-on à la mairie de Paris. Loin de gagner du temps, des usagers perdent également de précieuses minutes pour trouver une place où remettre leur vélo. Sans compter les petits futés qui ont posé un cadenas sur « leur » Vélib’. Autre bémol : les risques d’accident des cyclistes d’occasion ne portant pas de casques ou encore le fait que le système, censé être adapté aux petits revenus, est quasiment inutilisable pour… les interdits bancaires.

…Autre face immergée de l’iceberg : JCDecaux doit faire face à des vols et à des détériorations à répétition. Depuis leur arrivée, plus de 100 Vélib’ ont été dérobés et 200, détruits. 100 à 150 sont déposés quotidiennement dans les ateliers de maintenance en raison de roues voilées, de fourches pliées, de jantes brisées ou de cadres tordus. »

Ils parlent de 3 millions d’euros d’entrées, mais ne parlent aucunement des frais…pas forcément une démarche de business. En tant qu’imposé, je préférais savoir que l’opération va être auto-financant.

Cependant, ça m’a surpris que le Figaro n’ait pas pensé a cité des blogs, etc. pour avoir un feedback au-delà de l’entretien de rue… Voir quelques uns ci-dessous:

cesarboy.free.fr

20minutes.fr test de velib

jean-marcpasquet

Sinon, j’ai été frappé par le nombre de PV que j’ai vu en direct être donné aux bicyclistes. J’ignore les raisons exactes, mais je me doute que c’est parce qu’ils ont brulé un feu rouge, etc. J’ai trouvé une personne qui s’est fait prendre en roulant à sens interdit. Résultat: amende de 135 euros. Ca ne rigole pas.

Moralité, le vélib est sur la bonne voie mais a besoin de regler les histoires techniques. On verra comment les chiffres s’augmente au retour des vacances quand le stress du travail prend toute son ampleur. Et quant à la sécurité, soyez prudents.

Crotte de pigeon impressionante

Crottes de pigeonRécemment, en revenant du travail, j’ai mis 35 minutes à circuler en ronds pour trouver une place pour stationner ma voiture. En soit, assez agaçant. Mais la cerise sur le gâteau, ou bien la crotte sur le toit, c’était l’arrosage de la voiture par une dizaine de défécations bioniques de pigeons. Ces crottes étaient d’envergure. Impossible de les enlever à la lave voiture. Non plus avec le gratte glace. Enfin, il faudrait des super détergents et une bonne brosse pour les enlever. Ce sont des crottes tenaces qui marquent. D’autres auraient eu cette même expérience?