Le code s’il te plait !

As-tu le code?

As-tu le code?

Grâce à une conversation avec mon ami Guillaume, j’ai réfléchi à l’histoire des codes pour les portes d’entrée dans les immeubles à Paris.

La question: comment se fait-il que le code soit à l’extérieur de l’immeuble et que la liste des personnes soit à l’intérieur ?  Quand on est invité chez un ami, si on ne connaît pas le code, on doit l’appeler par téléphone pour l’avoir.  Ensuite, une fois dedans, comme deuxième barrière d’entrée, on doit sonner sur l’interphone, avec l’aide d’une liste des noms.  Et si on faisait ça dans le sens inverse avec la liste des noms à l’extérieur (donc pas besoin d’appeler pour le code, car si on ne le connaît pas, on le donnerait à ce moment-là) ?

Quelles peuvent être les raisons pour expliquer cet ordre ?

1. Pour garder secret les noms des personnes qui habitent dans l’immeuble ?  Histoire de garder sa vie privée — une belle tradition française ?

2. C’est pour le facteur et les autres livreurs avec multiple destinations dans l’immeuble — qui préféraient ne pas déranger une personne en particulière chaque fois pour pénétrer dans l’immeuble quand ils doivent juste voir la concierge ?

3. Pour éviter que des malévolents ou des sans abris pénètrent dans l’immeuble ?  Je pense à ces escrocs (gitanes souvent) qui marquent des codes secrets en craie sur le trottoir devant les immeubles (voici un billet en anglais sur le sujet) pour communiquer les vulnérabilités.

4. Parce qu’il existe des entrées avec trop de noms (exemple, plusieurs immeubles autour d’un cours — donc une solution pour tous, pour garder une uniformité dans le process, même les immeubles avec juste 6 appartements ?

J’ose imaginer à des solutions plus technologiques à l’avenir ou le ‘smart phone’ nominatif est reconnu à l’arrivée.  En attendant, si vous partez sans le code, il suffit d’avoir le mobile en main et le numéro de la maison.  Bon, ce n’est pas encore parfait.  Ça fait partie du charme de Paris ?  (D’ailleurs, existe-il d’autres villes avec le même système systématiquement ?)

Êtes-vous attaché au système de code ?  Est-ce que c’est utile quand on sait combien d’immeubles oublient de changer le code régulièrement ?  Seriez-vous en accord pour une inversion ?

9 réflexions au sujet de « Le code s’il te plait ! »

  1. C’est une spécificité très française. En Belgique, ou dans d’autres pays (la Corée par exemple) les noms ou numéro d’appartement (si confidentialité) sont affichés à l’extérieur et dans le sas de l’entrée avec leur sonnettes. Selon l’heure, la porte du sas est fermée ou non, mais tout le monde est toujours joignable. bien plus simple…

  2. Sécurité oblige, chez moi, une badge magnétique plus interphone avec le nom de la personne. Pas de code possible donc aucune possibilité d’accéder à l’appartement ou l’immeuble sans ma présence. P A R F A I T….

  3. En lisant ce billet, je pense tout d’abord à tous les postiers qui doivent connaître le code de tous les immeubles de leur quartier, et à Paris le chiffre commence à être long. De plus, ils ont également souvent besoin d’un pass VIGIK, de voir le gardien d’immeuble etc… Leur métier ne doit pas être facile tous les jours. D’autant plus que pour des raisons de sécurité, ils ne peuvent pas avoir un pass qui ouvre toutes les portes ou un code unique personnalisé pour La Poste (quoique ça serait pratique !)

    Mais, j’ai également le même souci avec les codes d’entrée et leur multiplicité. J’ai eu même le plus évolué: le code de l’ascenseur pour monter mais également pour descendre au cas où qu’un « intrus » soit entrée mais qu’il ne puisse repartir.
    De plus, vous faites remarquer que les immeubles oublient de changer le code ce qu’il fait et je l’ai remarqué que les touches du code sont plus usées que les autres touches et les « intrus » peuvent reconnaître le code facilement (si c’était le but de la manoeuvre ..).

    Il ne s’agit donc plus d’un problème de sécurité mais d’être rassuré. Je pense qu’avoir les clés d’un gardien pénitentiaire et dix codes de carte vitale donne le sentiment de protection plus que ne protège. En effet, les voleurs passent par la fenêtre et non plus par la porte, ils passent derrière quelqu’un etc…Les voleurs s’adaptent tandis que nous sommes contents d’avoir ces codes. Je pense qu’il s’agit d’une illusion de notre part de penser que les codes protègent réellement les immeubles. Pourtant, cela nous embête dans notre quotidien (surtout quand on ne se rappelle plus du code de son propre immeuble)

    Il serait effectivement plus simple de penser aux noms à l’extérieur pour prévenir ses amis puis un code pour éviter les personnes de mauvaises intentions qui sonneraient à tous les interphones attendant une bonne âme pour leur ouvrir.

    Une invention avec les Smart phone pourrait apporter plus de simplicité dans cette histoire de code. On pourrait penser à un code barre comme sur les bus que l’on télécharge avec une invitation de nos amis et que l’on transmet aux boîtiers de l’entrée d’immeuble quand on passe le téléphone devant. Ainsi, même les facteurs pourraient aller plus vite dans leur tournée.

    Néamoins, je pense également que ce problème n’est pas près d’être résolu… A suivre pour les années à venir !

  4. Je n’avais pas vu la chose sous cet angle. En effet, il est assez simple de connaitre le code d’entrée. Beaucoup de personnes le connaissent. Celui-ci ne change que très rarement et n’est souvent pas très compliqué à retenir. Lors de livraisons, il n’a pas un grand intérêt. En règle générale, les livreurs ou facteurs connaissent les codes –> 1ère étape franchie! Si le destinataire du colis est présent à son domicile, un seul coup de sonnette est nécessaire. Dans le cas contraire, tous les voisins auront le droit à un ou plusieurs coups de sonnerie.

    Le code peut être vu comme un frein par les habitants d’un même immeuble. Si celui-ci change souvent, ils peuvent très vite ne plus s’en rappeler et être obligé de sortir ses clés.
    En parlant des clés, il peut être rassurant de ne devoir les sortir, qu’entre les deux passages de porte. Cela peut être par peur de se faire voler son sac lorsqu’on les cherche à l’extérieur du bâtiment au regard de tout le monde. Un badge peut même être utilisé.
    Concernant « l’inversion », je suis contre. Le fait que les interphones sont à l’intérieur et non à l’extérieur permettent de limiter le nombre de coups de sonnerie inutiles et intrusifs (colportage, jeux avec les sonneries etc…). De plus, il renforce le côté sécuritaire et limite tout de même le nombre d’intrusion.

  5. Le système de code bien qu’il pose en effet quelques problèmes reste pour ma part le meilleur moyen d’assurer une certaine sécurité pour les habitants d’un immeuble. Il est vrai qu’il est plus pratique d’afficher la liste des noms, c’est d’ailleurs le cas dans mon immeuble. Il évite les dérangements intempestifs et permet de se signaler lorsque l’on passe à l’improviste ou dans mon cas lorsque j’oublie le code…

    Et puis quand bien même les noms ne seraient pas affichés, il n’est pas difficile d’appeler la personne pour obtenir le code. A l’heure où tout est fait pour faciliter les communications cela ne prend pas plus de temps que de chercher un nom dans une liste.

  6. @Pauline: j’adorerai l’idée d’une appli smartphone (avec un type de bar code) qui dépassera l’histoire des codes. Un problème que je rencontre souvent, c’est moins le postier, mes la livraison de plis par DHL ou Fedex… Ca, c’est presque impossible d’être livre car les plis venant de l’extérieur n’ont jamais cette réflexe.

    @Nelly, Depuis que j’ai écrit ce billet, on nous a installé le système de badge magnétique — un petit bouton vert qu’on attache à nos clés, et qui permet d’ouvrir la porte comme alibaba. Je n’ai alors plus besoin de faire le code. 🙂

    @Julie: C’est vrai que le portable arrange beaucoup les choses, encore faut il avoir le numéro (pas tous les téléphones sont encore SMART)… Je pense bien que le code est un principe important pour la securite: a travailler davantage peut-être l’entraide entre voisins? Esprit de communauté est particulièrement utile pour augmenter la sécurité dans un immeuble.

  7. M.Dial a touché au sujet sur lequel je me pose exactement la même question depuis mon arrivée en France.
    Le code à l’extérieur et la liste des personnes à l’intérieur s’agencient, peut être, bien à la question de sécirité. Néanmoins pour les visiteurs et les entreprises des travaux (techniciens, plombiers,……,…….. ) la logique est peu évidente. A chaque fois ils sont obligés de rappeler au propriétaire (locataire) afin de se renseigner comment entrer (de l’expérience).
    En Biélorussie on a résolu ce problème de manière suivante: il y a les intérphones à l’extérieur; il faut juste composer le numéro d’appartement. La personne concernée décroche et soit vous autorise à entrer, soit non. Comme ça il n’y a pas besoin d’afficher la liste des habitants. Normalement les visiteurs prévus connaissent bien l’adresse de celui chez qui ils viennent; dont son numéro d’appartement. En plus si un habitant de l’immeuble ne veut pas être dérangé par intérphone, il peut opter pour eteindre son intérphone via un simple appui sur un bouton correspondant.
    J’admets que cela, peut être, n’est pas trop pratique pour les facteurs qui sont obligés d’avoir plusieurs bandes magnétiques. Mais compte tenu leurs zones de désservement limitées, ce système marche très bien.
    A la suite de ce sujet, je me permets de rajouter encore une question: quelles sont les raisons de ne pas attribuer les numéros aux appartements dans certaines immeubles parisiens? Compte tenu qu’il s’agit d’immeubles à 30 appartements, voire plus. Les gens sont vraiment obligés d’expliquer aux visiteurs leur itinéraire à l’aide des phrases « la deuxième à gauche » ou « à coté de la porte rouge ».

    • Excellente question, Iryna. C’est vrai qu’il faut naviguer avec des instructions, style: troisième étage, à droite… etc. alors que 3D pourrait suffire.

      Quant à la solution Belyorusse, j’adhère. Un beau compromis. Et pour le facteur, dites nous bien, c’est un métier en voie de disparition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *