L’Art Comme Amplificateur de Vision avec Pauline Pons, Auteur et Conférencière (MDF114)

Minter Dialogue Episode #114

Pauline Pons est historienne de l’art, auteur et conférencière. Après son livre « Comment Distinguer un Chef d’Oeuvre d’une Croûte ? », elle a sorti en 2020 aux éditions Bayard et Musée d’Orsay, « L’Art Pas Bête. » Dans cet entretien, nous discutons du rôle que peut jouer l’art et l’architecture pour le business, le besoin de plus d’aventure et de l’innovation, l’intérêt de la surprise, la différence entre la beauté et l’art, les beaux arts et l’art décoratif, et bien plus.

Merci de m’envoyer vos questions par email — en tant que fichier audio si vous le souhaitez — à nminterdial@gmail.com. Sinon, en dessous, vous trouverez tous les liens pour un suivi du podcast. Vous êtes bien entendu invité à déposer un message ou à le partager. Si vous pouvez, merci d’aller déposer une revue sur Apple Podcasts pour le noter.

Pour joindre Pauline Pons

Continuer la lecture

L’éveil, le flow et la méditation pour les jeunes avec cofondateur de Petit BamBou, Ludovic Dujardin (MDF113)

Minter Dialogue avec Ludovic Dujardin

Ludovic Dujardin est cofondateur de Petit BamBou, une communauté et un service mobile de méditation guidée, disponible en 7 langues pour 7 millions d’utilisateurs en 40 pays. Nous discutons de son parcours, le succès important de Petit BamBou, comment éviter la bataille de l’esprit « Toujours Plus », l’état d’avancement de la méditation. On explore aussi le nouveau livre, écrit par Dominique Butet avec les illustrations par Marie Renaud, « Mes Premières Médiations avec Petit BamBou » aux éditions Marabout. Une belle source d’inspiration.

Merci de m’envoyer vos questions par email — en tant que fichier audio si vous le souhaitez — à nminterdial@gmail.com. Sinon, en dessous, vous trouverez tous les liens pour un suivi du podcast. Vous êtes bien entendu invité à déposer un message ou à le partager. Si vous pouvez, merci d’aller déposer une revue sur Apple Podcasts pour le noter.

Pour joindre Ludovic Dujardin

Continuer la lecture

Vie Privée, Vie Pro – Être soi-même ?

Question de transparence ? Mais combien devrions-nous l’être ?

Dans quelle mesure vous sentez-vous à l’aise avec le concept de transparence ? Je sais que j’ai parfois du mal à trouver le bon niveau de transparence. Comme moi, vous avez certainement vécu des moments embarrassants où quelqu’un laisse échapper trop de détails privés. Donc, transparence certes c’est bien, mais jusqu’à quel niveau ?

Dans mon nouveau livre sur le leadership, You Lead (en anglais, aux éditions Kogan Page), j’écris sur le chemin de croix (et de connaissances) en gravant les echelons chez L’Oréal. La première croix — et le premier enseignement — ce fut le besoin progressif d’être plus en cohérence avec moi-même. Plus j’étais pleinement moi-même au travail, plus j’étais clair dans ce qui était important ; et cela a aidé à stimuler mes énergies internes.

La transparence est un concept vaste et abstrait. Combien de son être et personnalité devrions-nous apporter au travail ? Le temps est passé où nous pouvions séparer entièrement nos identités professionnelle et personnelle. Prétendre que nous devrions éviter la transparence et ne présenter qu’une image parfaite au travail est aussi absurde que de prétendre que nous sommes toujours heureux et que nous ne mourrons jamais. Mais il n’est pas question d’être que dans les émotions avec sa vie intime exposée. Si ce n’est pas une transparence totale, alors combien de soi doit-on amener sur le terrain pro ? Ce sont des questions régulières que je reçois. C’est presque comme s’il y avait une échelle de transparence et que nous pourrions tout simplement monter les étapes à volonté ?

Pour être clair, cependant, la réponse est nuancée et dépend du contexte. La clé est de comprendre comment le changement de votre niveau de transparence affectera votre fiabilité et votre authenticité.

« La clé est de savoir comment le changement de votre niveau de transparence affectera votre fiabilité et votre authenticité. »

La transparence n’est pas pour tout le monde.

Pour être sûr, tout le monde ne veut pas, ou n’a pas besoin d’être plus transparent. Certains emplois nécessitent en effet de l’opacité (on pense à l’espionnage). Il y a des moments où l’asymétrie des niveaux de transparence est plausible. Par exemple, il est généralement préférable qu’un patient révèle tout à un médecin, alors que le médecin n’a pas nécessairement besoin de tout dire en retour. De plus, beaucoup de gens ne sont pas convaincus qu’il y ait de la place pour une vie personnelle au travail. Vous entendrez leur conseil de ne jamais apporter vos problèmes personnels au bureau ; et certainement pas vos opinions politiques ni vos croyances religieuses. Et encore une fois, il peut être judicieux de ne pas exposer son point de vue sur des sujets d’actualité si la culture de l’entreprise ne les accepte pas.

En outre, certains aiment le mystère, le non dit ; ils ou elles y voient de la beauté et estiment qu’il y a danger de surexposition entre les réalités. L’intrigue et le mystère peuvent être alléchants, voire engageants. Conclusion : vous ne devrez pas ajouter la transparence à toutes les sauces.

Transparence radicale?

A l’autre bout de l’échelle, vous pouvez obtenir des appels à une transparence totale ou radicale. Mais ce n’est pas pour tout le monde. En fait, je pense que c’est pour très peu de gens. Surtout dans la mesure où l’on ne se connaît jamais vraiment, quelle est la version de soi sur laquelle nous sommes transparents ?

Transparence nuancée

Je pense que la solution la plus pragmatique, la plus réaliste et la plus acceptable consiste à évaluer comment et où une plus grande transparence sera mutuellement avantageuse. Il faut donc établir les avantages de la transparence. La première est de l’ordre de la confiance. Etre ouvert et authentique aura tendance à permettre plus de confiance. La transparence aide au développement de la connaissance de soi dans une interaction constante. Plus on s’expose, plus on prend le risque de l’ouverture et d’être soi-même, plus on se connaît ; et plus on se connaît, plus on sait gérer la transparence. Si vous connaissez vos limites et les contours de votre jardin secret, vous êtes honnête avec vous-même. Mais si vous gardez toutes vos affaires personnelles secrètes, en particulier vos faiblesses, vous pourriez avoir du mal à gagner la confiance de vos collègues. L’écran de fumée (nos masques) que nous mettons en place peut provenir d’un certain nombre de raisons – telles que l’incertitude, un manque de confiance ou un sens du devoir – qui sont généralement façonnées par nos expériences. Dans la mesure où c’est votre expérience, il est probable que vous faites ce qui est le mieux pour vous. Pourtant, il y a toujours de la place pour l’évolution si vous vous le permettez. Ce n’est pas parce que vous avez un jardin secret que vous ne pouvez pas révéler d’autres éléments personnels de votre vie.

De serieux à c’est rien [sic]

Dans mon parcours personnel, lorsque j’étais cadre supérieur chez L’Oréal (surtout pendant la première décennie), on me trouvait souvent plutôt sérieux. Après le boulot, cependant, on pouvait me trouver portant un tie-dye en dansant comme un fou avec ma musique préférée (The Grateful Dead). Ce n’était guère une ambiance ou attitude apte pour le travail. Pourtant, il m’est devenu terriblement clair que je devais unir ces deux versions de moi. Sans le faire, je n’apportais qu’une partie de moi au travail. Alors qu’il y a forcément des nuances, j’ai convenu qu’il faille passer du sérieux à c’est rien [sic].

Lorsque nous venons avec de bonnes intentions et que nous sommes capables de nous dévoiler aux autres autour — y inclus nos faiblesses et vulnérabilités — les effets sont puissants. Vous vous sentirez plein d’énergie. Vous vous sentirez connecté à vous-même. Et, surtout, ceux qui vous entourent se sentiront également plus connectés à vous. Vous choisirez votre degré de transparence, dans un voyage pour le bien de tous.

▶ Comment et quand pouvez-vous apporter plus de transparence dans votre vie professionnelle ?

Un événement et une enquête sur le leadership et la transparence !

Par ailleurs, si vous êtes Intéressés par le thème de la transparence, nous avons un événement en ligne le 20 janvier. Inscrivez-vous ici. J’ai aussi une enquête sur la transparence qui prend environs 6 minutes via SurveyMonkey.

Si vous avez apprécié cet article et vous lisez l’anglais, vous aimerez peut-être mon nouveau livre, You Lead, How Being Yourself Makes You A Better Leader (par Kogan Page), qui vient de sortir. Cliquez ici pour trouver votre exemplaire chez un choix de commerçants en ligne.

Exécutif de Calibre, Entrepreneur et Fondateur d’Uriji, Jean Clauteaux

Minter Dialogue avec Jean Clauteaux (MDE112)

Jean Clauteaux a été un grand dirigeant chez L’Oreal, ayant été President DG de L’Oréal Venezuela. Il a été reconnu pour son travail, en recevant le Chevalier de l’Ordre du Mérite. Il est aujourd’hui co-fondateur et PDG d’Uriji, une nouvelle forme de réseau social qui permet aux utilisateurs de connecter à travers leurs intérêts et gagner de l’argent. Dans notre entretien, nous discutons de son parcours magnifique, notre expérience chez L’Oreal ainsi que l’origine et le chemin de Uriji, un réseau à gouter!

Merci de m’envoyer vos questions par email — en tant que fichier audio si vous le souhaitez — à nminterdial@gmail.com. Sinon, en dessous, vous trouverez tous les liens pour un suivi du podcast. Vous êtes bien entendu invité à déposer un message ou à le partager. Si vous pouvez, merci d’aller déposer une revue sur Apple Podcast pour le noter.

Pour joindre Jean Clauteaux

Continuer la lecture

Comment Trouver Sa Place avec le Conférencier et Auteur Hervé Franceschi (MDF111)

Minter Dialogue avec Hervé Franceschi

Hervé Franceschi est un grand sportif, entrepreneur et speaker — le Conférencier du Leadership Naturel — et il est Président de l’AFCP. Il est également auteur du livre, sorti en été 2020, 4 Saisons pour trouver sa place dans ce monde: La méthode naturelle pour mieux s’organiser et vivre en harmonie. Dans cette conversation intime avec Hervé, nous parlons de son parcours, comment il travaille avec les animaux pour nous aider à trouver notre place, la difference et l’espace entre l’humilité et l’ambition, ainsi que des passages importants de son livre.

Merci de m’envoyer vos questions par email — en tant que fichier audio si vous le souhaitez — à nminterdial@gmail.com. Sinon, en dessous, vous trouverez tous les liens pour un suivi du podcast. Vous êtes bien entendu invité à déposer un message ou à le partager. Si vous pouvez, merci d’aller déposer une revue sur iTunes pour le noter.

Pour joindre Herve Franceschi

Continuer la lecture

La Vision d’un Leader Emblématique avec Laurent Vimont, Président Century21 France (MDF110)

Minter Dialogue avec Laurent Vimont

Laurent Vimont, Président de Century21 France, le numéro 1 des agences immobilières dans le monde. Dans cet entretien, nous parlons de comment garder le cap à travers une crise, c’est quoi un bon leader, ses inspirations et mentors, pourquoi et comment gérer une présence en ligne en tant que grand patron, la place des émotions au travail, et comment garder les pieds sur terre. Une conversation riche en enseignements avec un patron qui se livre avec énergie et franchise.

Pour faire de grandes choses, il ne faut pas être un si grand génie; il ne faut pas être au-dessus des hommes; il faut être avec eux.
-Charles de Secondat, baron de Montesquieu.

« On s’adapte, on improvise et on domine. »
-Devise des marines américains

Merci de m’envoyer vos questions par email — en tant que fichier audio si vous le souhaitez — à nminterdial@gmail.com. Sinon, en dessous, vous trouverez tous les liens pour un suivi du podcast. Vous êtes bien entendu invité à déposer un message ou à le partager. Si vous pouvez, merci d’aller déposer une revue sur iTunes pour le noter.

Pour joindre Laurent Vimont

Continuer la lecture

La Mise en Movement d’une Equipe Performante avec Jean-Charles Trouabal (MDF109)

Minter Dialogue avec Jean-Charles Trouabal

Jean-Charles Trouabal, ex recordman du Monde de Relais – Conférencier et Directeur Associé de Smart’n’Sport, un cabinet qui crée sur-mesure des expériences collectives intégrant le mouvement et le plaisir. Dans cet entretien nous discutons de son parcours remarquable, les elements qui ont contribué à son succès, comment créer une équipe sur-performante, ainsi que ses discours et comment il exerce le métier de conférencier.

Merci de m’envoyer vos questions par email — en tant que fichier audio si vous le souhaitez — à nminterdial@gmail.com. Sinon, en dessous, vous trouverez tous les liens pour un suivi du podcast. Vous êtes bien entendu invité à déposer un message ou à le partager. Si vous pouvez, merci d’aller déposer une revue sur iTunes pour le noter.

Revivre la course 4x100m record du monde en 1990 où Jean-Charles, en compagnie de Max Morinière, Daniel Sangouma et Bruno Marie-Rose battent les anglais et le record détenu par les américains depuis 30 ans.

Pour joindre Jean-Charles Trouabal

Continuer la lecture

Les Rendez-vous et les Réunions à l’Ère Digital – C’est l’Heure de s’Adapter !

Les nouvelles technologies permettent de faire les réunions beaucoup plus efficacement que par le passé, et pourtant, on ne voit que peu les bénéfices ou l’amélioration en productivité. Un des fléaux en montant une réunion est de trouver le bon créneau disponible pour des participants divers. Dans des environnements tels que MICROSOFT OUTLOOK ou GOOGLE, on peut trouver des applications pour signaler les plages ouvertes pour les employés de la même entreprise. Mais pour des participants extérieurs, il faudrait une application comme DOODLE ou VYTE qui sont agnostiques aux systèmes internes. Pour les plus aventuriers, il existe aussi des systèmes remarquables permettant aux autres de fixer automatiquement un rendez-vous avec vous selon vos disponibilités. Mon outil préféré est x.ai, qui selon mes autorisations, donne à quelqu’un qui veut prendre rendez-vous accès aux créneaux disponible (selon ma préconfiguration).

L’agenda efficace – à l’heure du digital

Outre les règles ‘normales’ de tenir une réunion efficace (par exemple : diffuser suffisamment en amont un ordre du jour précis, ne convier que les participants nécessaires, etc…), la technologie permet aisément la participation à distance. Ainsi, quand il y a des participants distribués, on ne peut plus accepter « le petit quart d’heure » de retard. L’heure c’est la même heure sur tous nos appareils. Si vous faites des réunions avec des participants en ligne, il est fortement conseillé d’insister sur l’utilisation de la vidéo afin d’assurer l’engagement maximal. Lors des réunions, l’usage des mobiles ne peut être accepté que pour un besoin exceptionnel. Sinon, pas de portable visible sur la table ; sonneries en muet ; notifications éteintes. A la fin de chaque réunion, rien de plus simple qu’un récapitulatif digital, partagé avec tous, avec les attributions de tâches pour rendre la responsabilité claire.

Les Leçons Formidables de L’Estonie, La Transformation à Un Etat Digital avec Violaine Champetier de Ribes (MDF108)

Minter Dialogue avec Violaine Champetier de Ribes

Violaine Champetier de Ribes, conférencière, écrivain et co-auteur avec Jean Spiri d’un livre paru en français en septembre 2018 et en anglais en janvier 2020, aux éditions Cent Mille Milliards, Demain, Tous Estoniens? L’Estonie, une réponse au GAFA. Dans cette conversation, nous discutons du chemin qui a amené l’Estonie à devenir une force digitale, un état pleinement transformé et prêt pour les enjeux digitaux de l’avenir. Plein de leçons pour les organisations qui veulent prendre le dessus du digital.

Merci de m’envoyer vos questions par email — en tant que fichier audio si vous le souhaitez — à nminterdial@gmail.com. Sinon, en dessous, vous trouverez tous les liens pour un suivi du podcast. Vous êtes bien entendu invité à déposer un message ou à le partager. Si vous pouvez, merci d’aller déposer une revue sur iTunes pour le noter.

Pour joindre Violaine champetier de ribes

Continuer la lecture

Apprendre digitalement

Apprendre le digital et les outils digitaux pour le faire


Le digital est à la fois l’objet à apprendre et le moyen de le faire. Un des dispositifs clés pour aller de l’avant est de réinitialiser une habitude d’apprendre en continu. Ceci demande de revoir ses habitudes et sources de lecture afin d’avoir un mélange plus adapté à ses besoins. Avec les nouveaux outils digitaux, les manières et options de consommer l’information permettent d’apprendre plus que jamais à notre gré. Je conseille fortement d’explorer les podcasts (show radio téléchargeable) qui existent sur tous types de sujets, permettant par exemple d’écouter lors des transports en commun pour se rendre au travail ou bien pendant un jogging. Il y a de plus en plus de podcasts sur des sujets variés. Je préconise pour démarrer:

Faites-moi plaisir et déposer vos podcasts préférés ci-dessous dans les commentaires !

Choisir de nouvelles sources

Sinon, il existe des centres de formation en ligne informels et formels, aussi bien gratuit que payant, tel que TED, MOOC francophone, FUN, COURSERA, UDEMY ou KHAN ACADEMY. Enfin, en termes de lecture en ligne, je préconise l’usage d’applications telles que FLIPBOARD ou FEEDLY qui permettent d’agréger des sources différentes autour de sujets choisis. Sur ces deux outils, il s’agit de sélectionner les sujets et des sources pour personnaliser votre lecture.

Apprendre de nouvelles habitudes

L’important est d’instaurer un nouveau régime et de nouvelles habitudes à apprendre tous les jours ce qui se passe dans le digital, veiller sur la concurrence et pour mieux vous munir pour l’avenir.

Apprendre en continu

Être acteur du digital se cultive quotidiennement. Beaucoup de personnes sont submergés par le nombre de communications à suivre, sur les applications, plateformes et équipements divers à notre disposition. Ne pas suivre ses communications pourrait avoir des conséquences néfastes pour le business, pour ne pas oublier la famille – et pour sa propre santé. Pour arriver à les maîtriser, il est question d’expérimenter constamment, de tester les applications, quitte à se faire cobaye parfois. C’est le dispositif d’un apprenant en continu. On y trébuchera certainement. Ce n’est pas pour rien que l’échec rime avec high-tech. Mais on y gagnera à la longue.