Comment dire non gentiment (à la demande de connexion)

Devez-vous dire non tout de suite à quelqu’un qui connecte avec vous sur un des réseaux sociaux puis que vous ne reconnaissez pas le visage ni le nom?  Ça dépend!  Parfois c’est possible que la mémoire ne soit pas à la hauteur et que cette personne ‘inconnue’ soit une cliente importante qui s’est remariée et a changé de nom de famille.  Si toutefois vous ne voulez pas offenser par erreur, il n’est pas question de dire oui tout de suite, non plus.  Alors que faire?

sans trop offenser!

sans trop offenser!

Si vous êtes, par exemple, dans un business du quartier, un commercial et juste un être bien social, vous rencontrez et connaissez beaucoup de monde.  Donc, il n’est pas toujours facile de se souvenir de chaque personne qu’on a rencontré.  Être connecté avec quelqu’un n’est pas obligé d’être signe « d’amitié » — d’abord ça dépend duquel réseau on parle, ex Facebook (plutôt amitié, mais en réalité c’est un réseau hybride entre amis et business) ou Viadeo et Linkedin (strictement relation business).  Deuxièmement, nous avons tous notre propre définition de notre réseau.  Et pas tout le monde porte le même intérêt.  Simplement, il faut soigner son réseaux en ligne comme dans la vraie vie.  Vous ne voudriez pas systématiquement accepté tout le monde qui connecte avec vous.  Mais, alors, comment faire dans ce cas sans vous tromper sur un(e) vrai(e) client(e)?

C’est une question que je suis souvent demandé : comment faire quand quelqu’un se propose de me rejoindre en tant qu’ami mais que je ne le connais pas.

J’ai trois règles et pratiques qui je suis :

(1) La qualité de votre réseau déterminera à terme la puissance de votre réseau, surtout quand il s’agit d’un réseau plus business tel que Viadeo. Alors, il ne faut pas accepter n’importe qui.  Faites un petit tour sur leur profil à eux si vous ne reconnaissez pas tout de suite.  Selon les fonctionnalités disponible sur le réseau, j’ai tendance à faire des classements de comment on s’est connu, exemple, par école, par les enfants, par l’entreprise, etc.  C’est le cas notamment pour Facebook et Twitter (ou dans quelle langue il/elle écrit liste).

(2) Je crée une liste d’options de « phrases de refus » que je garde sur mon bureau de poste et qui, gentiment, proposent de se rappeler comment nous nous serions rencontrés et/ou de savoir quel est la nature de la demande de mise en relation. Voici quelques exemples que j’utilise:

J’’ai reçu votre demande de connexion, et je serais ravi de me connecter. Simplement, je suis embarrassé car je ne me souviens pas comment nous nous connaissons. Pourriez-vous me rappeler comment nous nous sommes rencontrés et/ou l’objet de votre connexion si toutefois on ne s’est jamais rencontré. Bien cordialement…”

Et si je suis sûr ne pas le connaître: “Je vous remercie de votre demande de connexion, et je serais ravi de me connecter. Merci de me dire l’objet de votre connexion et comment on pourrait travailler ensemble. Bien cordialement…”

N’hésitez pas à copier ces phrases pour les adapter et personnaliser pour vos propres fins!

(3) Enfin, j’ai tendance à être un optimiste et de penser que, si quelqu’un a cliqué sur « Ajouter [moi] comme ami », la demande est honnête. Alors, je vais aussi regarder le profil de la personne pour voir quel type de contenu elle propose par ailleurs. Un contenu riche peut être le démarrage d’une bonne relation. Si vous y voyez un contenu intéressant, un bon astuce peut être de l’accepter mais de classer « l’ami » avec un accès limité aux informations sur votre profil. Quoiqu’il en soit, dites vous bien qu’il est essentiel de vérifier sur les paramètres de confidentialité sur l’ensemble des données et applications.

Voilà, quelques conseils par rapport à la construction de votre réseau en ligne. Votre réseau définit en partie qui vous êtes et ça se crée dans la durée. Soignez-le!  N’hésitez pas à faire part de vos réflexions sur le sujet!  Votre opinion m’intéresse.

5 réflexions au sujet de « Comment dire non gentiment (à la demande de connexion) »

  1. Ping : Entretien avec Thibaut Le Pellec – Chef de Projet Viadeo | Baladodiffusion.org

  2. Je retiendrai, c’est certain, vos 2 phrases de refus mais en général, et j’ai de la chance, j’ai une bonne mémoire des noms et des visages. Cela doit être dû à mes expériences associatives ou mon emploi de commerciale. Le fait est qu’il est vraiment très rare que je ne connaisse pas la personne qui souhaite me rajouter à son réseau. Mais dans ce cas, avant de refuser, je vérifie si nous avons des amis ou points en commun. Il est très rare de n’avoir rien en commun avec la personne. C’est souvent en voyant notre ami commun ou les mêmes études suivies que je me souviens de la personne. Dans le cas où je n’ai rien en commun avec la personne (études, amis, société, …) je refuse l’invitation.
    Et, en effet, il est très important de prendre soin de son réseau.

  3. C’est toujours intriguant de recevoir une demande d’ajout de la part d’une personne dont le nom ne nous évoque rien. Que ce soit sur un réseau professionnel ou plus axé amitié, je pense qu’il est important d’aller voir le profil de la personne, pour vérifier si on se souvient d’elle. Ma démarche est à peu près la même que la votre et celle de Claire, je demande à la personne si je la connais ou, si je suis sûre de ne pas la connaître (pas d’amis et de point commun), le pourquoi de sa demande.

    Une demande d’ajout sur un réseau n’est jamais anodine, le tout est d’en cerner la raison, il peut y avoir une opportunité professionnelle, (pour la personne ou pour moi même, cela marche dans les deux sens), une réelle volonté d’ajouter la personne du fait de la connaitre, ou encore, assez courant chez les adolescents, ajouter le maximum de personnes dans l’optique d’avoir le plus d’amis « facebookiens » possible, sorte de concours de popularité.

    Personnellement je n’ajoute que des personnes que je connais « physiquement », que j’ai rencontré en chair et en os au moins une fois. Cela ne veut pas dire non plus que j’ajoute toutes les personnes que je rencontre, avez vous déjà remarquez que lorsqu’une grande soirée s’organise entre personnes qui ne se connaissent pas, le lendemain toutes ces personnes ont 2 ou 3 amis de plus ? Le fait d’avoir vu la personne en vrai permet de se rendre compte de l’intéret d’avoir cette personne dans son réseau, de plus, cela rematérialise les relations humaines.

    Il est vrai également que les réseaux que l’on se crée sur ces sites sociaux définissent un certain profil et qu’il est important de le soigner.

  4. Bonjour,

    Vos conseils sont très judicieux et m’offrent des ouvertures en matière de réponses car c’est une question que je me suis souvent posée pour VIADEO qui est sérieux et professionnel.

    Quant à FACEBOOK, où le relationnel est un peu différent, j’ai toujours pris la peine de regarder les informations lors d’une invitation et de répondre, de même que de me présenter en même temps que j’envoyais l’invitation. Cela prend du temps.

    Aujourd’hui j’ai changé mon regard sur le réseau Facebook et si je reçois une invitation où la moindre information est bloquée et qu’aucun mot n’y est joint, je ne donne pas suite.

    Merci pour cet article.
    Cordialement
    Mamie Layettes

  5. @Claire L: bravo pour la bonne mémoire.

    @Anna K: je pense que dans le temps on se permettra d’accepter des relations « digitales » — mais cela dépendra aussi de quel réseau et du contexte. En tout cas, j’ai réussi à rencontrer plein de monde [en réel] par le net justement parce que nous nous connectés d’abord dans un réseau, en exprimant un intérêt en commun sincère…

    @Mamie Layettes: Merci de votre témoignage. C’est un apprentissage en continu pour moi tout autant. L’important c’est de trouver un modus operandus qui fonctionne pour soi…. Mais ça peut encore bouger!! Les nouveaux réseaux qui vont apparaitre demain pourraient avoir encore d’autres codes ou styles!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *