Affaire Bettencourt: Because you’re woerth it…

Depuis deux mois, la presse ne cesse de mettre à la Une l’histoire de Liliane Bettencourt, l’héritière de L’Oréal, avec en relais, l’implication d’Eric Woerth, actuellement ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique qui est au centre d’une des plus grandes polémiques du gouvernement (la réforme de la retraite).  Pourquoi cette affaire a-t-elle capturée tant d’attention ?

L’histoire de Liliane Bettencourt est une grande histoire, certainement en préparation pour une grande pellicule (pas de cheveux, de film). La saga est à la croisée de cinq grands sujets:

  • L’argent (le sujet tabou)
  • La politique (corrompue)
  • L’infidélité et les liens familiaux décousus
  • Une allégation d’homosexualité
  • L’histoire française de la Collaboration

Dans cette histoire, beaucoup ne connaissent pas la famille Bettencourt et l’histoire de L’Oréal.  La presse ne s’empresse pas de raconter tout sur le coté ‘sombre’ non plus.  Comme écrit dans cet article de 24 Heures Actu (un site qui revendique son statut non-officiel, « un site d’actualité d’opinion engagé mais ouvert à tous ») citant un journaliste de la rédaction du Point : « c’est très délicat de tisser des liens officiels entre argent, pouvoir, réseau et homosexualité. On risque gros en terme d’image car les associations vont nous tomber dessus, et en terme judiciaire, car dire qu’un mort connu comme hétéro était homo, c’est s’attirer les foudres de la famille qui iront porter plainte à coup sûr ».

Le coté secret, opaque et sombre fait gagner en audience dans une forme de spirale noire.  C’est une histoire qui polarise et qu’on ridiculise.

« Pour vivre heureux, vivons cachés. » La devise de la grande bourgeoisie prend tout son sens… mais est mise à mal par les nouvelles technologies qui n’oublieront pas de garder les traces.  Visiblement, on ne peut pas conserver tout caché, tout le temps.  La longue traîne de l’internet assurera la pérennité de cette histoire.  Un copain à moi a dit que ça lui rappelait l’ère de la Révolution.  Si on est face à une nouvelle révolution, j’ai plutôt l’impression que plus les choses changent, plus les choses n’ont pas changé.  On verra si Mr Woerth maintient sa position — si la grève et la tentative de la réforme de la retraite ne l’assomme pas, la somme totale de l’Affaire Bettencourt risque de peser encore lourd sur son mandat.

La suite à suivre!

Pensez-vous que trop c’est trop… ou que c’est mérité?  Que Mr Woerth est victime ou responsable? Que les médias devraient poursuivre d’autres dossiers ou qu’ils visent juste?

3 réflexions au sujet de « Affaire Bettencourt: Because you’re woerth it… »

  1. Ping : Twitted by mdial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *