Note2be: les etudiants notent les professeurs

note2beEn France, deux jeunes garçons hommes ont eu la bonne idée de créer un site, note2be, pour noter les professeurs à l‘école. Je dis bravo. Qui plus est, il semblerait que les étudiants ont « le bon esprit » et ont donné une moyenne de 14 sur 20. Bombardé, le site est actuellement en surcapacité (plus de 50,000 visites en 3 jours – et ce même avant l’apparition dans le Figaro ce vendredi, « Les profs ont 14 sur 20… ») et donc pas visitable actuellement. Néanmoins, je trouve le concept très rafraîchissant. Évidemment, la confidentialité permet aux étudiants de se lâcher. L’éducation en France est en train de souffrir, c’est évident. En partie, en parlant avec mes amis dans le milieu, il semblerait que la façon d’enseigner en est pour quelque chose. La FSU (syndicat d’enseignants) parle de phénomène de « lynchage public». Pourvu qu’ils ne commencent pas un grève.

J’ai deux commentaires à émettre sur le sujet :

1/ Noter des professeurs est un concept que nous pratiquons de façon rigoureuse dans l’éducation des adultes (« andragogie »), que ça soit dans le cadre de l’enseignement continu ou la formation permanente au sein de l’entreprise. Le principe est accepté facilement car les participants font le cours/stage avec un sens de responsabilité. L’enseignant est tenu a des objectifs – une responsabilisation (« accountability » un de mes mots favoris en anglais). Ainsi, la notation des professeurs est tout à fait raisonnable, car même si l’éducation est « gratuite », il y a toujours un prix a payer. Encore faut-il se mettre d’accord sur les objectifs en amont! Mais à premier abord, les questions sur le site note2be sont correctes.

2/ Les questions posées par le site sur le professeur semblent aller directement sur le fond : « ton professeur est intéressant ? », « il/elle manque de motivation », « il/elle est équitable », ou encore « il/elle est clair(e) »… Il ne s’agit pas de sujets frivoles, mais de la qualité d’engagement et des principes de base de la pédagogie.

Je prépare un nouveau billet sur les professeurs dans ma vie qui m’ont marqué profondément, me donnant envie d’apprendre pour ne pas dire m’avoir appris tellement de choses dans la vie (et bien sûr par rapport au cursus). Le professeur est le pilier du système éducatif, car même avec un curriculum (en France) qui se doit d’être revu, un bon prof vaut de l’or ; et un système de notation permettrait aux meilleurs professeurs d’être reconnus en tant que tel. Les Etats-Unis devrait prendre note [en plus le nom du site irait bien pour les anglophones]. Addendum du 26 février: Grace au commentaire anonyme (ci-dessous), je vois qu’il y a déjà 2 sites aux Etats-Unis avec le même concept: ratemyteachers (ouvert en 2001 pour tous les enseignants de la maternelle jusqu’au bac en Amérique du Nord; plus de 10 million d’opinions) et ratemyprofessors (ouvert depuis 1999 avec 6 million d’opinions pour 1 million de professeurs à plus de 6,000 universités anglophones à travers le monde).

Par ailleurs, il serait tout à fait intéressant de pouvoir faire une notation des médecins aussi ? Un sujet à étudier.

————–

D’autres qui ont bloggé sur ce site :
Squewel
Tape moi
bleugger

12 réflexions sur « Note2be: les etudiants notent les professeurs »

  1. Dommage qu’à l’époque ou j’étais étudiante personne n’a eu cette idée car, je n’aurais pas mis un 14 mais, plutôt un 10 lol …
    je dit bravo !

  2. Je suis actuellement professeur de collège et lycée mais auparavant ai passé seize ans dans l’androgogie. Moi-même responsable d’une équipe de 40 enseignants je comprends très bien les enjeux d’une telle évaluation.

    Certes la notation de formateurs fait partie intégrante d’un protocol de formation continue car le projet de formation est mis en place avec le client (entreprise payeur)et l’équipe pédagogique. Les objectifs de la formation et de l’évaluation et le cadre sont clairs.

    Il est peut-être possible d’adapter cette pratique à l’éducation nationale – surtout à une époque où l’on veut intégrer un élément méritoire au métier d’enseignant.

    Mais il faut être très prudent. Ce genre d’évaluation sauvage qui n’a ni cadre, ni raison d’être pourrait vite devenir incontrôlable. Il faut définir des critères d’évaluation : et ceci n’est pas du ressort d’un enfant de treize ans qui se voit contraint d’étudier une matière qu’il déteste et qui par extension tient son professeur responsable de tous ses malheurs d’adolescent en crise!

    Il faut également tenir compte du milieu social de l’établissement en question. On risque plus de commentaires blessants si l’on est professeur en ZEP, en SEGPA (enseignement adapté) etc que si on enseigne en lycée à Neuilly!

    Il faut également savoir dans quel but le professeur est noté? Quels en seraient les conséquences? Dans le milieu d’un établissement scolaire, les ragots infondés sur les professeurs courent vite de foyer en foyer sans vérification et la réputation de certains collègues en souffrent. Quel recours a le professeur?

    Ne serait-il pas plus constructif d’augmenter le nombre d’inspecteurs afin que les professeurs puissent être inspectés plus souvent (la moyenne est actuellement entre tous les sept et dix ans!)? Cela permettrait l’œil de l’expert de porter un jugement objectif et aussi (le plus important à mes yeux) à proposer des solutions en cas de problème.

    Quant aux syndicats qui crient au lynchage : essayez de comprendre un corps de métier qui se fait taper dessus de tous les côtés (élèves au quotidien, les conditions de travail qui s’empirent de jour en jour, les parents qui tiennent les professeurs responsables des problèmes causés pas le manque de ressources décidés au niveau ministériel, le ministère qui alourdit les programmes et les classes sans sens de réalité, …la liste est sans fin).

    Effectivement, dans le monde du marketing on a l’habitude de ses questionnaires de satisfaction – mais la réalité de la salle de classe est bien différente. Et nous savons tous que les statistiques peuvent prouver tout ce que l’on veut selon notre façon de les présenter!

    Quelle est cette manie française de vouloir coller une note à tout?! Comment se fait il qu’un prof noté sur le site (cas véridique) a reçu une seule voix mais sa moyenne était de 18,83!!! Pas 18 et pas 19 mais 18,83! Pfff!

  3. Je veux bien être noté par n’importe qui mais certainement pas par les élèves. Où est l’objectivité d’un collégien de 14 ans? Que les inspecteurs, mes collègues, mon directeur ou les parents viennent dans mes classes et qu’ils me mettent des notes… Pas de problème. Mais certainement pas des collégiens qui peuvent rester anonymes!

  4. Much ado about nothing…

    Comme ce pays sait s’émouvoir pour peu de chose, comme nul autre sur cette petite planète ! Un site Internet propose d’évaluer les enseignants, ou plus exactement de les noter surtout. Quel blasphème absolu ! L’inaccessibilité du site au moment où ces mots sont déposés sur la toile paraît donc totalement justifiée…
    Charles-Louis de Secondat n’a-t-il pas tout dit lorsqu’il écrivait dans les Essais sur les causes qui peuvent affecter les esprits et les caractères : « Un homme qui enseigne peut devenir aisément opiniâtre, parce qu’il fait le métier d’un homme qui n’a jamais tort » ? Aussi comment l’inculte pourrait-il noter le savant ? Sur quelles bases ? Sous quelle autorité ? Non, assurément non, voilà un site Internet pour lequel il importe de rétablir la censure populaire, à tout le moins, je vous le dis ! Le Baron de Brède et de Montesquieu a parlé, et nul de saurait s’exprimer après lui sur ce sujet !
    Il est sans doute préférable de penser le mal que l’exprimer. Mais quid du bien ? Les enseignants encensés vont-ils rejoindre les cortèges des opposants à cette expression libre, même si parfois infondée ? Peut-être après tout, mais sans doute sans empressement.
    En fait, comme toute chose en ce monde, cette innovation comporte un avantage important et un inconvénient majeur. L’avantage important est de constituer un moyen d’expression centralisé et ouvert à tous. Que les apprentis censeurs surfent plus souvent sur la toile, et ils se rendront bien vite compte que les élèves comme les étudiants n’ont pas attendu Note2be pour s’exprimer sur leurs enseignants tant en bien qu’en mal.
    L’inconvénient majeur est que le site demeure un mur public totalement anonyme. Et là, son intérêt pédagogique potentiel disparaît instantanément au profit d’un défouloir sans but réel, que celui de dénigrer le dispensateur d’une « mauvaise » note ou d’une réflexion désobligeante, fut-elle légitimement méritée.
    Alors pourquoi systématiquement ne pourrions nous vivre que dans un monde bicolore ? Pourquoi ne pas suivre l’exemple confirmé d’un site référence de la toile, Amazon. Chacun peut à sa guise s’exprimer sur le contenu d’un ouvrage en vente sur le site. Mais désormais, pour éviter en grande partie les dérives, il est nécessaire de s’identifier au préalable. Pourquoi ne pas solliciter au-delà de la note, un commentaire qui l’expliquerait ? Pourquoi ne pas prévoir un droit de retrait, mais qui serait stipulé toutefois, de l’enseignant ne souhaitant pas recevoir le reflet de la perception de son enseignement ?
    Bref, pourquoi ne pas apporter à ce site un peu de valeur ajoutée, et éviter ainsi le rejet systématique sans avoir pris le temps de réfléchir, de s’interroger, de comprendre… ?

    Un enseignant

  5. Je lis au début de l’article: « deux jeunes garçons ont eu la bonne idée de créer un site, note2be, pour noter les professeurs à l‘école. »

    Savez-vous qui sont ces « deux jeunes garçons? »
    1- Anne François de Lastic, dont on peut visiter le château sur le net.
    2- Stéphane Cola, qui a travaillé au cabinet de Philippe Séguin lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale et a été chef de cabinet de la secrétaire d’Etat à la Francophonie, Margie Sudre, dans le premier gouvernement Juppé. Il était, il y a peu, en neuvième position sur la liste de Pierre Lellouche (UMP) pour les municipales dans le VIIIe arrondissement de Paris.

    Deux jeunes garçons innocents, pleins de bonnes idées…

  6. En tant que parent d’enfants dans le cycle primaire, j’ai rencontre des enseignants excellents, quelques uns, et puis beaucoup d’autres qui traitent les parents avec condescendance. Ils ont tellement l’habitude de s’adresser a des petits qu’ils finissent par prendre toutes les manies de nous parler comme si on etait une bande de cretins. Ils nous demontrent leur jugement superieur, se font passer pour des « psychologues », de temps en temps, on entend des phrases qui nous jugent en tant que parent, mere, epouse, et… Ils ont tellement de pouvoir sur les enfants dans la vie au quotidien, sur leur note, etc…. qu’on se tait.
    Surtout, dans ces cas d’arrogance obtue, jamais ouvrir le debat et jamais contredire, au risque de represailles.
    Bon evidemment, il y a aussi les parents convaincus des dons infimes et de la perfection de leur progeniture. Aussi betes et arrogants.
    Avec les profs maintenant, je passe les premiers mois a examiner dans quel camp, elle/il se situe: paresseux, serieux, ou Mr/Mrs Right. Moi (et parfois mes enfants) je me retrouve la grosse « beta » et l’enseignant « qui sait tout! ».

  7. The idea of merit pay for a teacher or at least its execution (an extra pretax $3K — Wow, that is a life changer (sarcasm))is pretty laughable. Teaching is not “career” in our culture in the States, it is an act of service. And I am not working to make America more “competitive.” My path to date tells me that class size matters (especially in English); 150 students per public school class is an injustice and profoundly bad policy. As Derek Bok has said, “If you think education is expensive, try ignorance.”

  8. Faisant suite au commentaire d’Eric (merci), le 4 mars, il a ete decide que la nomination de profs devait etre elimine du site. Voir ici pour un article sur cette actualite. http://tinyurl.com/yryu57

    L’anonymat ne pouvant marcher, ca voudrait dire la fin de cette initiative, d’autant plus que le Ministre de l’Education s’y est oppose egalement.

    Je trouve cet arret dommage.

  9. Est-il acceptable que les professeurs puissent agir librement, alors que les élèves ne peuvent rien faire ni même parler ? Non. Pour cette raison et si vous croyez en la liberté d’expression pour les élèves, signez cette pétition : [url=http://www.mesopinions.com/Pour-les-droits-fondamentaux-des-eleves–collegiens–lyceens-et-etudiants-petition-petitions-4ae844af3f2b8c2c422210cd6d49f2d9.html][img]http://www.mesopinions.com/_images/petition-1.gif[/img][/url]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *