Entretien avec Albéric Guigou – Co-fondateur de Reputation Squad

Albéric Guigou, un ‘pure player’ de la génération net, a fondé Réputation Squad avec Fabrice Ivara en janvier 2009.  Réputation Squad est une agence de eRéputation pour les entreprises et les particuliers. J’ai eu la chance de rencontrer et de travailler avec Albéric sur un projet de gestion de e-crise pour une entreprise internationale. Je vous invite à écouter cet entretien et de visiter leur site internet, récemment refait.

Site(s) mentionné(s) par Albéric Guigou:

Pour connecter ou suivre Albéric Guigou et son co-fondateur Fabrice Ivara:

Pour suivre le show radio Minter Dialogue:

rss button Minter Dialogue Digital Marketing

Vous pouvez aussi vous inscrire pour Minter Dialogue, l’émission radio téléchargeable, sur :

 

5 réflexions au sujet de « Entretien avec Albéric Guigou – Co-fondateur de Reputation Squad »

  1. Ping : Les tweets qui mentionnent Entretien avec Albéric Guigou – Co-fondateur de Reputation Squade « Minter Dialogue en français -- Topsy.com

  2. D’après cet interview, on remarque bien l’impact croissant de la réputation virtuelle. Ces aspects étaient impensables 15 ans en arrière. L’exemple des licenciements à cause de Facebook montre bien à quel point le net a une place de plus en plus importante dans notre vie professionnelle. L’entreprise crée par Albéric Guigou a vraiment sa place de nos jours, les problèmes liés à la vie virtuelle vont se multiplier. Je répète une nouvelle fois que 15 ans en arrière, personne n’aurait pu imaginer que ce type de société pouvait se développer. Cependant les habitudes ont changé, internet est devenu la principale source d’informations et de recherches, la réputation virtuelle devient primordiale. Etant donné que le NET est encore un environnement nouveau, les systèmes de sécurité, de protection en sont pas encore élaborés (on peut citer le Podcast sur la protection intellectuelle…). En conséquence, il faut être à l’avenir très prudent avec les informations que l’on diffuse sur la sphère Internet, d’autant plus que c’est un réseau mondial, où que l’on aille, les données resteront sur le réseau.
    La réputation virtuelle, l’enjeu de demain ?

  3. Podcast très intéressant sur le travail de la société Réputation Squad!
    Le business model, alliant celui d’une société de conseil et d’une agence de communication web semble adapté au besoins actuels en matière d’image et de protection de la vie privée. La majorité de la discussion s’axe autour de la gestion de l’image des personnes physiques qui peut être dégradée ou améliorée via des espaces de communication virtuels tels que les forum, blog et réseaux sociaux. Les enjeux d’une image positive et corrélée avec le monde réel sont multiples. Le virtuel prend source dans le réel, mais, phénomène relativement récent, le réel est désormais également inspiré par le virtuel qui peut influencer des décisions impactant concrètement la vie ou la carrière d’une cible.
    Il n’est désormais plus question de rester passif face à l’évolution et la multiplicité des lieux d’échange. La personne physique se doit de faire le lien avec le réel, cet univers étant la source des désagréments virtuels. Il est possible d’atténuer une image négative grâce à des outils juridiques et diverses méthodes bien que l’archivage systématique de la majorité des contenus web par des robots rende la suppression définitive de traces complexe. Une solution reste également la construction d’un profil virtuel nouveaux afin de masquer une mauvaise e-reputation.

  4. Alberic Guigou et son partenaire ont très vite su capter une opportunité de marché dans l’e-reputation. Non seulement leur proposition de gérer la vie virtuelle d’un client est tout à fait dans l’ère du temps, mais la dépendance qu’engendre cette gestion leur permet d’assurer leur travail à long terme. Ainsi, un client ne sachant pas réellement comment se parer sur le web va rapidement laisser Reputation Squad s’occuper de son image. N’étant pas capable de le réaliser lui-même car trop occupé par son entreprise (80% du marché réalisé par RS est en B to B)cette gestion devient obligatoirement « sous-traitée ».

    J’aimerai notamment prendre connaissance des moyens que RS met en œuvre en cas de gestion d’image d’entreprise en crise. Le plus dur n’est à mon avis pas de redorer l’image d’une société, mais surtout de s’y prendre à temps, ce qui peut être rédhibitoire dès lors que l’on souhaite relever la tête d’un scandale.

    De plus, il serait intéressant de connaitre les clauses du contrat passé entre RS et ses clients (obligation de résultat… mais par rapport à quoi?) afin de comprendre ce que le client cherche avant tout à obtenir; la force d’un tel travail étant évidemment dans la diversité de la demande ce qui inclut des contrats largement différents les uns des autres.

  5. @Valerian: en effet: il faut rester vigilant.

    @Michael: il faut y aller… bravo.

    @Eve: Par rapport a la tâche la plus difficile, c’est vrai que le plus onéreux c’est de mobiliser toute l’entreprise à s’y mettre… et ceci avant que les choses ne dégringolent en ligne… Cependant, rien ne remplace ou compense pour les bons produits ou un bon service. La transparence en assurera que le mauvais produit soit « découvert »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *