La transparence en France – un sujet qui fache, étude IFOP à l’appui

Quelle est la place de la transparence en France?

J’ai assisté au lancement de presse du site, Coocoonhome, un réseau social pour l’immobilier.  Ruth Negri, une amie depuis mes jours à L’Oréal et la fondatrice du site, a remarqué que les 3 valeurs clés du site sont exprimées sur la page d’accueil, dont la valeur de la transparence.  C’est un mot et un sujet on peut plus être d’actualité.   Ainsi, Ruth a commissionné une étude sur la perception et le vécu de la transparence en France.  Le sujet m’intéressait beaucoup.  Cette étude était réalisée par l’IFOP et les résultats ont été livrés par Frederic Micheau, Directeur Adjoint du Département Opinion et Stratégies d’Entreprise.

L’étude était fait auprès de 1009 personnes, représentatives de la population française âgée de plus de 18 ans.

La Transparence: Une valeur positive en France

Transparence en FrancePremier constat:  92% des interrogés disent que la transparence est une valeur positive ; on constate que juste 1% dit que la transparence est « tres négative ».  Mais sur les 92%, on note que seulement 61% ont répondu « assez positive » et 31% en «très positive. » On relève une sur-indexation plus positive pour les hommes, les plus de 50 ans et pour les cadres et pour ceux à Paris.

Pourtant, la société française est considérée transparente que par 28% (dont 2% qui le considère très transparente).  Pour 72%, la transparence n’existe peu (60%) ou pas du tout (12%).

Par rapport aux secteurs, le sport (46%) et l’alimentation (43%) enregistrent les scores les plus élevés en termes du niveau de transparence, au-dessus des entreprises (36%).  Ensuite, arrivent les secteurs de la santé (36%), les médias (31%) et la Justice (28%).  L’immobilier se place exactement dans la moyenne à 28%.  L’armée (25%), le nucléaire (19%), la politique (13%) et les marchés financiers (12%) sont en bas de la table.  Il est certain que les événements d’actualités (Fukushima, DSK, Mediator…) ont pu entaché les résultats.

Mais on va vers moins de transparence

Dans quel sens va-t-en ?  Pour 26% des français sondés, la transparence s’amoindrit versus 17% qui croit que la transparence s’améliore, et le reste (57%) affiche le statut quo.  Les personnes estiment que la transparence est en régression sur les marchés financiers pour 47%, la politique (39%), le nucléaire (30%), la Justice (28%) et les médias (27%).  Ce n’est pas de la bonne augure.

Transparence pour la société mais moins pour moi

Splash TransparenceOn constate un découplage entre les tendances au niveau de l’individu versus les tendances de la société.  Comme l’a dit M Micheau, les individus le veulent dans la société mais un peu moins pour eux-mêmes.

Dans le regard que portent les français sur les autres, on perçoit que les français parlent davantage de leurs préférences sexuelles (75%), de leur vie privée (65%).  Pour les convictions religieuses, 38% disent entendre plus de transparence versus 33% qui constatent moins de transparence sur ce sujet ; et pour la rémunération, 30% disent qu’on en parle moins versus 28% qui disent plus.

Et moi?  Le moi français déclare ne pas avoir bougé au niveau personnel.  Il reste sur des principes très stable en terme d’intimité et de transparence.

Les sportifs et les médias démontrent le même niveau de transparence

En tête de peloton, en termes de personnes, on considère les personnes des médias transparentes au même niveau (35%) que les sportifs.  Cela me parait une triste réalité.  Le management des entreprises se placent 3è avec 29%, tout proche des syndicats (27%).  Enfin, les hommes politiques arrivent au bout avec un niveau ridicule de 3%.

Je cite deux autres chiffres:

  • 94% sont en faveurs pour rendre publiques les recettes perçues par l’Etat grâce aux radars (avec 60% top box*).
  • 64% veulent diffuser à la télévision les procès impliquant des personnalités publiques (dont 28% en top box).

Et l’immobilier en tout ça?

Pour la question: Diriez-vous que l’information diffusée par les acteurs de l’immobilier est transparents ? 70% disent NON.  Les informations sur l’immobilier sont considérées comme étant éparpillées, diffuses, intelligibles et pas très accessibles.

Les modalités de visites de biens (horaires, rendez-vous) sont jugés transparent pour 66%… chose encore que je ne trouve pas bon.  Cette étude n’a pas eu de question directement sur l’opacité de qui est responsable de chaque bien (attribution des agences, etc.), élément que je trouve en tant que particulier désastreusement mauvais et m’amène à me méfier des agences immobilières (et les agents) de façon générale.  Remarque, c’est aussi le cas dans d’autres pays.

Coocoonhome home pageSi la réponse à la dernière question posée dans l’étude, souhaiteriez-vous avoir un réseau social immobilier pour vous mettre en relation avec les parties nécessaires, était mitigée, je présume que le problème est au niveau de la durée de l’intérêt pour le particulier car il n’achète pas beaucoup de fois ni tout le temps ; donc l’appartenance à un réseau social n’a pas forcément lieu d’être vis-à-vis du particulier.  En revanche, je suis convaincu qu’il reste super important de trouver un lieu où les informations immobilières soient fluides et transparents.  En ceci, je souhaite de tout coeur que Coocoonhome soit la bonne réponse!

 

2 réflexions sur « La transparence en France – un sujet qui fache, étude IFOP à l’appui »

  1. Ping : Coocoonhome – Un réseau social autour de l’immobilier « Minter Dialogue en français

  2. Le droit à l’information est reconnu en France et il est aujourd’hui de plus en plus appliqué par les particuliers, notamment avec la dématérialisation de l’information et le contrôle de ses données personnelles via la CNIL par exemple. Ces organismes de protections des libertés représente l’essor de la transparence de l’information en France, parfois sans limites. Dans ce cadre, pourquoi les entreprises ne seraient pas aussi transparentes avec nous, que nous, particuliers, le sommes ?
    Tous les secteurs d’activité sont touchés et à la moindre modification ou omission d’une information, l’entreprise se trouve jugée négativement. Cette exigence vaut pour les entreprises, notamment pour des activités à risque telles que le nucléaire. Le citoyen souhaite être rassuré sans cesse, et ce, sans forcément demander le pourquoi du comment. Voila, selon moi, l’un des points négatifs de la transparence. Certaines entreprises en font leur crédo, et la population n’en retient que la conséquence, un avantage ou non pour lui, et non plus les actions menées pour l’entreprise pour lui conférer cet avantage ou non. L’individualisme prime et comme vous le dites, la transparence vaut plus pour les entreprises que pour soit même. Tant que l’on nous donne l’impression de nous impliquer dans la politique de l’entreprise on se sent bien. En revanche, dès que l’on est écarté et que les médias ou les politiques nous écartent de leurs décisions, la population se soulève sans forcément chercher à comprendre la situation.
    Voila pourquoi, comme vous donnez l’exemple de l’immobilier, un site de vente en lignes tels que coocoonhome faisant cohabiter l’entreprise et le particulier, permettrait de faciliter les échanges entre ces deux entités. La réussite de ce site démontrerait l’interdépendance qu’il peut exister entre les particuliers et les professionnels. Aujourd’hui on a tendance à développer des sites uniquement entre particuliers, isolant ainsi les professionnels d’une grande part du marché. Le but de ce site est donc d’avoir des informations réelles et transparentes en direct entre les professionnels de l’immobilier et le particulier afin que chacun se sente impliqué au même degré dans la démarche, et assurant ainsi un poids équitable à chacun des acteurs dans la négociation. Je pense qu’il s’agit là d’une idée ingénieuse méritant d’être développée à d’autres secteurs d’activités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *