Quand La Transformation Digitale Ne Fonctionne Pas… 9 Raisons Responsables

Bon nombre d’entreprises ont sur leur plan stratégique la transformation digitale. Selon une étude de Monster France, 94% des dirigeants d’entreprise considèrent que la transformation numérique est un objectif stratégique. C’est une évidence qu’à partir du moment que le sujet est sur l’agenda du Comex, l’entreprise se sent en retard par rapport aux changements. Le plus grand problème pour les exécutifs est qu’il ne s’agit pas simplement de l’installation d’un nouveau système d’information. Avant tout, il s’agit d’un changement d’état d’esprit*. Dans un article que j’ai écrit pour CMO.com, j’ai parlé de « la montagne digitale » ; et l’ensemble est bien difficile à saisir.

transformation digitale 1

Pourtant, chaque entreprise est obligé de comprendre les implications et opportunités qui y résident sinon les entrepreneurs vont y penser (et agir) à leur place. Il y a 3 principes qui sont profondément perturbés par l’existence de cette montagne digitale:

  1. la vitesse avec laquelle il faut communiquer et agir
  2. la relation avec le client
  3. le modèle de business.

Pourquoi mon programme de transformation digitale ne marche pas ?

C’est une question qu’on entend souvent, en tout cas dans les coulisses.

transformation digitale 1

Voici la liste des raisons que je pense expliquent le manque de succès de ces programmes. Ce n’est pas dans un ordre particulier ; en revanche, les trois premiers sont fatals.

  1. L’entreprise manque de « Nord. » C’est à dire, elle n’a pas de mission précise qui rassemble et donne du sens et la bonne direction.
  2. Le patron n’est pas digital. Il (elle) se contente de lire ce qui se passe dans les rapports des consultants, ou pire encore les articles du Monde et les Echos.Une variation sur ce thème: le patron pense que le digital n’aura pas un grand impact sur son business (du moins, avant son départ).
  3. Pas centré sur le client. L’entreprise a une culture incompatible avec le concept « le client est roi. » C’est un fait que le consommateur a plus de pouvoir que par le passé.
  4. Désengagement de l’employé. Avec la mobilisation nécessaire dans la transformation digitale, ça ne peut se passer si l’ensemble des managers sont pleinement engagés. De plus, avec le renversement du pouvoir vers le client, les points de contacts avec les employés se sont démultipliés et l’opportunité de trébucher est ainsi plus fréquente.
  5. La gestion du temps est déréglée. Symptôme aussi d’un manque de Nord, la gestion du temps est rendu difficile par l’avalanche de nouveaux modes de communications. Cette gestion est empirée si les couches d’hiérarchie restent en place, les silos sont encore trop présents et si les patrons n’ont pas pris le pas digital en main eux-mêmes. L’agilité demande une capacité de se décider rapidement.
  6. La communication en interne est en défaillance. Symptôme d’un management non digital, il existe un arriéré des emails et/ou messages dans la boîte vocale; des pare-feu encore trop restrictif pour permettre les « nouveaux » outils (ex: Dropbox, Doodle, Google Drive, Skype, Facebook…).
  7. Un héritage pesant. Que ça soit les systèmes et l’infrastructure existants ou les compétences des personnes en place, l’entreprise souffre de son héritage.
  8. Privilège aux idées. Dans une quête de toujours mieux faire, voire la recherche de la perfection, l’action prend du temps.
  9. L’état d’esprit n’est pas adapté. Les concepts de la transparence, l’authenticité, l’empathie et l’acceptance de l’échec, sont antithétiques avec la culture de l’entreprise (et notamment des membres du Comex). 

Le PDG est souvent tenté de nommer un Chief Digital Officer, en charge de la transformation digitale…. comme si la transformation de l’état d’esprit pourrait se déléguer ? Tracer son chemin sur la montagne digitale demande beaucoup d’efforts dans les meilleurs de cas. Et encore, si la pression reste focalisé sur la performance court-terme, la transformation digitale est vouée à pâtir.

En êtes-vous d’accord ? Y a-t-il d’autres raisons que vous avez trouvé ?

*D’où le nom de mon agence: myndset, ou l’état d’esprit.

Beaugrenelle Paris: Un Centre Digitalisé et Les Manières Qui Fâchent

Je suis allé découvrir le centre d’achat, dit « état de l’art » en matière d’expérience beaugrenelle by Claudius Dorenrof (FLICKR CC)shopping, le Centre Beaugrenelle dans le 15è à Paris.Sur leur site, ils proclament être « le centre commercial du 21e siècle ». J’imaginais une expérience poussée sur le digital. Alors que l’environnement est éclairé, agréable avec une bonne selection de boutiques, le bilan « digital » n’est pas très flatteur (2 sur 10). 

De quoi s’agit le côté digital du centre? J’ai trouvé quatres choses principalement:

  1. Des bornes / écrans qui expliquent le centre avec des indications au toucher.  
  2. Une application mobile dédiée (Android/iOS). 
  3. Un wifi gratuit. 
  4. Le magasin « phare » de Darty qui est un ‘concept store.’

Bornes: Avec l’écran tactile, j’ai eu des renseignements précis mais tout à fait ordinaire. Le toucher est comme d’habitude, pas toujours fiable. Au mieux, il y avait des codes QR.

Beaugrenelle ApplicationSur l’application mobile, qui favorise des interpellations directes, je suis mon soif car je n’avais pas donné des informations personnelles ainsi je craignais des appels ou offres à côté de la plaque. Aucune offre m’est venue lors de ma visite. Bonne nouvelle, en téléchargeant sur mon compte américain, j’ai eu droit à une version en anglais. En revanche, tout le contenu est resté en français. Tant pis pour les anglo-shoppers. 

Beaugrenelle wifiWIFI: Sur le wifi, grosse frustration. Je ne suis arrivé à me connecter proprement pendant toute ma visite; dieu sait combien je peux être têtu sur ce genre de chose. Visiblement il y a un problème de débit et de bornes, car le fait de monter et descendre l’escalateur était fatal. Il semblerait que le problème existe depuis le début. Frank Rosenthal a écrit en décembre 2013: « avec un wifi inaccesible sur une grande partie du magasin (pas de réseau) … l’expérience digitale est carrément raté. » C’est dire, l’écoute n’y est pas encore.

Le Coup de eGrâce – Save My Smartphone

Beaugrenelle Save My SmartphoneEnfin, sans faire le bilan du magasin Darty, amplement fait par d’autres, j’ai vu un concept digital que je pensais allait incarner le côté digital du centre: Save My Smartphone (SMS), une réparation express des smartphones (650 références, disent-ils sur leur site). Là, le comble. Le côté digital s’est déroulé comme suit:

J’approche le kiosk et je dis « bonjour » au garçon en train de regarder son appareil. 

Il lève la tête et me regarde; et il attend.  

Ensuite, il dit « Bonjour » avec l’air d’attendre encore une salutation de ma part. Mais comme il avait la tête dans son appareil il ne m’avait pas entendu. Je lui ai fait la remarque. En effet, c’était peut-être une synthèse du côté digital du centre. 

Au fait, si vous voulez réparer l’écran brisé de votre iPhone 6+, vous l’auriez en 20 minutes pour le butin de 229 euros. L’écran du iPhone 6, vous reviendrait à 149 euros (toujours en 20 minutes). A noter qu’ils proposent toutes formes de réparation. SMS est lancé en 2013 par Damien Morin, 25, qui a visiblement de grandes ambitions. En revanche, il faudrait aussi s’occuper du terrain de tous les jours… l’aspect bien terrien : l’analogue relation client.

Beaugrenelle: Un Centre Connecté = Digital mais plutôt très analogue

Bon, pour terminer, j’ai pris la brochure du centre Beaugrenelle. A ma grande surprise, il n’y avait pas aucun lien URL dedans, ni un code QR ou signet social. En revanche, j’ai trouvé une conférence à signaller: Un Dimanche Pour Se Réinventer (The School for Life), avec Fanny Auger, Jerome Frizzera-Mogli et Sandra Reinflet, du 11h30-12h45 le 3 avril. A faire si vous êtes dans le coin! Inscrivez-vous ici. C’est ça de gagner !