La Communication de Fracture? Un Regard Sur Les 11 Candidats Aux Elections Présidentielles Françaises

Le premier tour des élections présidentielles françaises a été historique, selon certains, puisque les deux candidats gagnants, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, ne viennent pas des deux grandes partis classiques (Socialiste – Républicain). À d’autres égards, cependant, il me semble que cette campagne était semblable à bien d’autres campagnes électorales françaises, dont l’embrouille et le résultat. Et, je me demande si cela ne se terminera pas avec cinq autres années semblables aux cinq dernières. On verra ! Cependant, avec mon oeil marketing, j’ai essayé de comprendre comment les messages marketing auraient aidé ou entravé ces 11 candidats au premier tour.

Élections présidentielles françaises – une question de personnalité

Surtout, il faut convenir que les élections françaises – avec onze candidats présentés au premier tour – représente une bataille de personnalités individuelles, beaucoup plus qu’entre les partis politiques ou même leurs programmes. Dans un environnement strictement contrôlé (par le fameux CSA), où tous les 11 candidats sont supposés avoir exactement la même couverture médiatique, il est inévitable que les électeurs sont confus sur ce qui dit quoi. Alors, je voulais jeter un coup d’oeil au travail de marketing réalisé à travers les affiches (posters) des candidats qui ont été constamment exposés ensemble par lots de 11.

Marketing via UN poster

Est-ce qu’il y a quelque chose qui vous frappe à propos de ces 11 affiches (mis dans l’ordre 1 à 11 qui a été prescrit par le tirage officiel) ? Il y avait une chose qui m’a vraiment étonné.

poster french presidential election candidates

Oui, j’ai regardé ceux qui ont choisi de regarder à gauche ou à droite ou frontalement et qui était incohérent avec sa ligne politique. J’ai également noté la cravate bleue de rigueur (ou bien aucune cravate). Mais ce qui m’a frappé, en fait, est que seulement 3 candidats ont choisi un vrai sourire. Les 8 autres ont un aspect neutre voire sévère. Pas exactement des grands charismatiques. Bien sûr, la présidence est une position sérieuse, mais c’est comme si la photo de passeport grincheuse requise (une obligation en France) était utilisée pour ces 8 personnes. Sinon, seul Mélenchon a décidé de nous montrer qu’il avait besoin de ses lunettes !

Le spectre de couleur

En termes d’alignement de leur message avec le drapeau tricolore français, il y avait deux gauchistes de bonne foi en rouge (trotskyste, anticapitaliste). Trois ont choisi un fond blanc ordinaire, mais la majorité (six) ont pris le fond bleu « rassurant », y compris Jean-Luc Mélenchon, qui a été soutenu par le Parti Communiste. Le Pen et Dupont-Aignan (Debout La France) ont utilisé un fond bleu dégradé de gauche à droite, allant au sombre / orageux. Mélenchon a choisi un fond gradué nuageux (de bas en haut).

poster french presidential election candidates 2

 

Avec 5 des 11 candidats qui se sont déjà présentés lors des élections de 2012, vous auriez pensé que cela aurait pu améliorer la communication avec l’expérience. Mais, en réalité, la plupart de ces candidats savent dès le début que c’est une cause perdue ; c’est juste une façon de polluer et / ou de diluer les messages des principaux candidats. Les sept premiers candidats (y compris le «Parti Socialiste») ont tiré un total de 15,1% du vote.

Slogans – QUELLE efficacite ?

Suite à l’ordre «prescrit» ci-dessus dans la première image, et en maintenant la ponctuation choisie, je présente les slogans des onze candidats dessous. Il y avait bien entendu des tactiques différentes (ainsi que des messages). A noter que cinq ont décidé de garder le mot France dans leur slogan. Deux des slogans (Le temps est venu et Un choix historique) ne disent absolument rien. Cinq des slogans s’orientent sur l’énergie et/ou la force.

poster french presidential election candidates 3

Les slogans des 11 candidats aux élections présidentielles francaises

Dans l’ensemble, je me suis senti perplexe par les choix de communication et les messages. Comment faire son choix objectivement ? De toute évidence, le centriste Emmanuel Macron (En Marche) a réussi à capturer la route du milieu dans tous les aspects. Son slogan était une formule englobant: La France doit être une chance pour tous. Mais à force d’essayer de plaire à tout le monde, peut on faire quoique ça soit ? Et son mouvement « En Marche, » reflétant son propre DNA par les memes initiales (E.M.), deviendra naturellement un parti politique. Peut-il fédérer toute la France, faire les changements réellement « nouveaux, » sans mettre au dos l’un des deux côtés ?

D’abord, c’est vrai qu’il faudrait qu’il parvient à gagner le 7 mai. S’il ne gagne pas plus de 65% des votes, ça sera une surprise et, surtout, un signal de mauvaise augure pour la suite. Je ne considère pas une victoire par Le Pen comme étant un grand risque car cela demandera un taux d’abstention de bien plus de 40% et un nombre improbable de transfuges des autres partis. Ceci dit, cela ne doit pas freiner les français à faire leur devoir démocratique. Après, rendez vous en 2022 pour voir si Mr Macron a pu véritablement mettre toute la France en marche.

Vos réactions et / ou prédictions ?

Qui Va Gagner Les Elections Presidentielles 2017 en France? Un Regard Social

Alors que être « social » en français a généralement une connotation politique, voire philosophique, il y a un tout autre regard qui est à travers l’empreinte des médias sociaux. A 6 jours des élections, ça chauffe en France. Dans les derniers sondages (via linternaute), il y a bien 4 parmi les onze candidats qui ont une chance de passer au deuxième tour. Pour ces quatre — Le Pen 23%, Macron 22%, Fillon 20% et Mélenchon 17% — les intentions de vote représentent 82% des votes. Tous les autres candidats n’ont qu’un seul chiffre de pourcentage (au mieux).Selon le centre d’étude et la taille de l’échantillon, la marge d’erreur varie considérablement (entre +/-0.8% à +/-3.3%).Ainsi, il y a plein de possibilités. Selon les experts, tout se jouera avec les niveaux des abstentions et comment vont voter les indécis (qui pèsent autour de 20% selon l’étude). En revanche, pour le site de paris, Ladbrokes, basé en GB, il semble peu de doute que la finale sera Emmanuel Macron v Marine Le Pen.

Le vent qui change?

Qu’est-ce qui bougera les lignes d’ici là ? Je vois trois éléments importants à guetter :

  1. Les médias (TV, radio, sociaux…).
  2. Le « Dark Social » — tout ce qui se dit sans être visible. En d’autres termes, c’est la manière que l’électorat se parle et se convainque dans ses conversations au tabac, autour de la table de repas et, surtout, sur les médias sociaux.
  3. Un acte terroriste sur le sol (où proche) de la France.

Avec ces onze candidats, dont 5 qui ont des racines trotskystes*, au premier tour, les élections françaises offrent déjà un spectacle phénoménale pour une démocratie de grand pays. Deuxièmement, le président actuel, Hollande, ne se représente pas, une première en France pour un président à l’issue de son premier mandat. D’ailleurs, ce sera la première fois depuis 1974 qu’aucun candidat n’aura déjà exercé la fonction de président. Enfin, les bruits, rumeurs et scandales circulant autour des candidats continue à faire fureur. Sinon, comme l’a justement souligné Nicolas Colin dans sa chronique dans l’Obs, « Numérique : en finir avec les contretemps, » il est triste à remarquer à quel point, le sujet du numérique ne figure que peu dans les discours des politiciens.

Une lecture sociale – à savoir: les médias sociaux

elections presidentielles francaises 2017 2Alors, qui va gagner ces élections ? Quel serait le rôle des médias sociaux ? Est-ce que les candidats peuvent encore avancer leur cause à travers ces réseaux, pourvoyeurs de « fake news » et qui ont facilité l’intervention d’un état étranger dans les elections présidentielles américaines ? Alors, qui parmi les candidats mène sur le plan « social media » ?

Si on se fit au nombre de « followers » sur les différents réseaux (Twitter, Facebook, Instagram, Youtube, Linked in Google+), voici la liste de cortège:

  1. Marine Le Pen (2.7 millions)
  2. Jean-Luc Mélenchon (2.2)
  3. Emmanuel Macron (910K)
  4. François Fillon (770K)
  5. Benoit Hamon (550K)
  6. ….le reste a entre 12K et 250K)

En utilisant l’outil d’influence Traackr**, en regardant l’indice de résonance — un point clé dans la capacité d’utiliser les réseaux pour influer la population (en tout cas ses fans) — la liste de cortège avec ceux qui enregistrent un score de 100 se lit ainsi:

  1. Jean-Luc Mélenchon (100)
  2. Marine Le Pen (100)
  3. François Fillon (100)
  4. Philippe Poutou (100)
  5. Nathalie Arthaud (100)
  6. le reste ne sont pas parfait

En matière d’activité pure, les candidats avec le flux Twitter le plus actif (# de tweets au 16 avril 2016):

  1. Jean-Luc Mélenchon (21800)
  2. François Fillon (17800)
  3. François Asselineau (13800)
  4. Marine Le Pen (13700)
  5. Nicolas Dupont-Aignan (10700)
  6. Le reste a moins de 10000 chacun

Dans cette liste au-dessus, ce qu’on peut remarquer est que Mélenchon et Fillon se sont lâchés sur Twitter depuis peu alors que quelqu’un leur a créé un compte il y a longtemps (en Octobre 2009 et Avril 2012 respectivement). Typiquement, c’est un comportement de retardataire technologique. en se réveillant si tardivement sur l’intérêt du réseau. Je me demande souvent à quand les PDG des grands groupes vont se rendre compte eux-aussi de l’intérêt pour eux.

Le taux de réciprocité

Parmi les signaux qui permettent de déceler à quel point un candidat (et son équipe bien sûr) sont « social » dans l’âme est de constater combien de fois le compte va répondre à un autre compte, aimer les tweets des autres, ou encore retweeter les tweets d’autres. L’autre indicateur, selon moi, est quand un compte suit un nombre « généreux » d’autres comptes (comparer au nombre qui les suit) et non pas juste les grands journalistes, etc. Il n’est pas question, par ailleurs, de suivre tout ceux qui vous suivent car sinon, son flux devient incompréhensible… Sous cette lecture, voici les compte qui suivent le plus grand nombre de comptes :

  1. Jean-Luc Mélenchon (5140)
  2. Marine Le Pen (4339)
  3. François Fillon (2883)
  4. Benoit Hamon (2067)
  5. Jean Lassalle (1458)
  6. Chacun du reste suit moins de 1000 personnes (ce qui n’est pas, je rajouterais, une sanction en tant que tel)

A la lumière de la présence sociale, il est certain que Mélenchon et Le Pen manient le mieux les réseaux sociaux. Par ailleurs, les quatre premiers dans la dernière liste sont les seuls à avoir un compte sur Snapchat aussi. Mais, est-ce pour autant qu’ils vont y arriver, je le doute ! En revanche, avec six jours qui restent, rien n’est encore gagné ni perdu.

Prédictions?

Je n’ai ni l’autorité ni la conviction pour savoir qui va s’en sortir. En revanche, même avec un niveau d’abstention élévé, avec une victoire présumée au premier tour pour Marine Le Pen, ma prédiction serait (avec l’aide d’un beau tableau excel grâce à mon ami JBT) qu’il faudra plus de 32% de votes au premier tour pour gagner au 2è. Sinon, je suis confiant que le système electoral français a priori nous économisera d’une nouvelle grosse (et mauvaise surprise) au 2è tour.

Dernier point: 5 candidats ont le nom de famille qui rhyme avec « on. » Une seule qui rhyme avec « haine. »

—–

*Dans l’Atlantico : « Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Jacques Cheminade… 5 candidats à la présidentielle sur 11 plongent leurs racines dans le trotskisme pour leurs discours et leurs programmes. »
**Full disclosure : j’ai une relation privilégiée avec Traackr

La politique s’ouvre à Twitter (sur le mobile)!

SO-MO: La politique se rue sur Twitter

Hollande, NKM sur Twitter, par Minter Dialogue

So-Mo: Twitter et le Mobile

Cette page, parue en Direct Matin la semaine dernière, m’a interpellée pour deux raisons:

1. je suis persuadé que les élections présidentielles en 2012 vont amener la France à se mettre plus massivement sur Twitter

2. la série de 3 photos font preuve que le mobile « smart » est l’outil indispensable.

En plus, nous avons l’arrivée de FREE sur le marché du mobile qui risquent de bousculer et d’aider à démocratiser le téléphone portable en France.  Alors qu’on parle beaucoup du triangle d’or So-Lo-Mo (social-local-mobile) et que les services comme Google Places, Foursquare, DisMoiOu, ou encore Facebook places continuent à se propager, je pense que l’ordre de cortège sera plutôt SO-MO…LO… Les entreprises (pour la plupart) et les marketers qui y travaillent doivent ainsi préparer en ordre de priorité au social, à l’interface mobile et puis se charger de l’interactivité local.  Peut-être l’année 2012 sera alors l’année de Twitter (grâce aux élections) et du mobile (en partie grâce à Free)?

Non obstant, tout le SO-MO-LO ne peut remplacer un bon produit, au bon endroit, à la bonne heure et avec le bon sourire IRL.

Pour voir l’article Direct Matin en pdf: Direct Matin sur twitter = avec Minter Dialogue